Ant-man

Réalisateur : Peyton Reed

Acteurs : Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas, Corey Stoll, Bobby Cannavale, Michael Pena, Judy Greer,…

Synopsis : Doté d’un costume lui permettant de rétrécir à la taille d’une fourmi, un escroc s’allie à son mentor pour un casse qui pourrait sauver le monde. (Source : Senscritique)


Il est arrivé le Super-héros Marvel nouveau ! Pas que j’en ai marre d’Iron Man & Co mais le petit Ant-Man est quand même assez alléchant. D’abord parce qu’Edgar Wright était associé au projet (et écarté, certes) et puisqu’il parce qu’il y a un petit côté Chérie, j’ai rétréci les gosses.

Bilan des courses : Pari réussi sur Ant-Man, un peu moins sur le film.

Le super-héros d’abord. Un gars normal avec une combi qui le rend tout petit et qui en plus commande des fourmis. Et tout ça en ayant la classe et le sens de l’humour. Bref, j’ai hâte de retrouver le bonhomme. Bon point : Paul Rudd est très bien dans le rôle.

Le film, lui, est très classique. Non, en fait c’est la définition même du mot classique.
D’abord, qui dit premier film dit initiation du héros, découverte des personnages, de ses alliés, de son ennemi, des « pouvoirs » qu’il récupère. Ce qui donne au final, un film avec absolument zéro surprise.

Scott sort de prison (mais il n’est pas méchant, c’est simplement un Robin des Bois bis), il veut se racheter une conduite, pouvoir revoir sa fille qu’il aime plus que tout au monde tellement elle est mignonne,… On attaque classique d’entrée, pourquoi pas. Un super-héros est un archétype, celui-ci n’était pas encore présent dans l’écurie Marvel, soit.

Son entrée dans le monde magique des super-héros se fait de manière assez sympa et il se retrouve à côtoyer Michael Dougals et Evangeline Lilly. On trouve pire compagnie. Les rapports père-fille ne sont pas un sommet d’originalité (comme l’intégralité de l’aspect psychologique du film, surtout teinté des sacro-saintes valeurs familiales). Entraînement, préparation d’Ant-Man, là aussi c’est sympa mais on voit venir à dix années-lumière le gars qui rame au début et gère grave à la fin. Que le film soit prévisible était… prévisible mais que j’en vienne à le trouver parfois simpliste m’a un peu chagriné.

Je ne sais pas dans quelle mesure le départ d’Edgar Wright a changé les choses mais en bon fan du monsieur j’ai tendance à penser que le résultat aurait été différent (en mieux évidemment) s’il était resté aux commandes.

Je ne cracherai pas dans la soupe, j’ai passé un très bon moment. Il y a toujours ce traditionnel mélange Humour/Action typique du MCU, pas de doutes cet aspect fonctionne toujours. La distribution est excellente, quoique Corey Stoll (House of Cards) en fait un peu des tonnes mais le jeu inspiré de Michael Pena rattrape les choses. Le personnage de Michael Douglas est aussi suffisamment riche pour donner lieu à une belle petite préquelle.

Le plus d’Ant-Man réside dans les pouvoirs du héros. Les changements de plans en miniature et plan en taille réelle donnent des mouvements de caméra, des effets spéciaux et des situations incongrues assez savoureux (la scène de coombat avec le petit train est priceless). Bref, c’est très bien pensé et super à regarder.

En revanche, les gars qui enfilent leurs combinaisons en 3 secondes montre en main, c’est abusé. Même pour un film de S-F.

Au final, une bonne clôture de la phase 2, un bon super-héros avec un gros potentiel et un film qui se regarde avec plaisir.

Vice-versa

Titre original : Inside Out

Réalisateurs : Pete Docter & Ronaldo Del Carmen

Synopsis : Riley, une petite fille, doit déménager et se trouver de nouveaux amis. On suit le parcours de ses cinq émotions ; Joie, Tristesse, Colère, Dégoût et Peur. (Source : Senscritique)


Vice Versa me laisse assez embêté après m’avoir laissé beaucoup espérer.

J’ai aimé Vice-Versa, pas de soucis là-dessus. Mais sur le « À quel point j’ai aimé ? » c’est plus tendu. Ou plutôt non, c’est le « Pourquoi n’ai-je pas aimé à ce point-là ? » qui me tarabuste (ça m’empêche pas de dormir non plus hein)

Rendons à Pixar ce qui est à Pixar, l’idée de base est absolument géniale. Personnifier les émotions de l’être humain, matérialiser le fonctionnement du cerveau, de la mémoire, expliquer pourquoi une chanson nous reste dans la tête, parler de mémoire à long terme, de subconscient, d’oubli de souvenirs, des rêves, etc. Tout est parfait, brillant et intelligent. Et si ça peut aider à combattre l’idée reçue que les films d’animation sont pour les enfants, tant mieux.

Et en plus, Vice-versa me fait penser à une série animée, mais laquelle ?

Je n’ai pas utilisé le mot « parfait » parce qu’évidemment je n’ai pas accroché sur tout.

Vice-Versa alterne les moments de génie et de drôlerie (la fin me revient en tête avec ces sketchs-aperçus du cerveau de plusieurs êtres vivants, restez un peu à votre place de cinéma. Faut arrêter de taper un sprint dès le mot « Fin »), notamment ceux (je parle des moments de génie et de drôlerie, faut suivre ! ne vous laissez pas distraire par ces parenthèses qui n’en finissent pas) où les 5 émotions sont ensemble. Ce n’est heureusement pas tout, le film regorge de moments amusants et drôles. Bon, évidemment on trouve aussi  des passages j’ai trouvés trop faciles ou trop convenus.

A essayer d’y réfléchir, quelques petites choses m’ont déplu.

Pour faire simple, après la partie présentation de la situation et des personnages, on passe évidemment à l’élément déclencheur. La famille déménage, la pitite fille est toute chamboulée et ses 5 émotions partent en vrille. Tristesse fout le bordel et c’est parti pour un long périple où Joie et Tristesse doivent essayer de revenir au quartier général. C’est à partir de là que j’ai commencé à tiquer. Les espaces traversés sont certes très biens, les actions sont sympas, Tristesse est fort sympathique (tandis que Joie m’a semblé la moins intéressante bizarrement) mais les pérégrinations des deux émotions ne sont pas le point le plus réussi du film (tournage des rêves excepté). Et puis le personnage de l’ami imaginaire m’a copieusement gavé.

Plus globalement, j’ai trouvé la trame trop classique et stéréotypée pour un film de cette envergure (Le personnage mis à l’écart mais qui s’avère au final essentiel… Ouh là là quelle surpriiise !, Joie = la jolie fille en robe légère, Tristesse = la fille rondouillette à lunettes et col roulé, ok il fallait que les 5 émotions soient facilement reconnaissables mais on est dans un film de Pixar pas de The Asylum).

Il y a du génie dans Vice-Versa, vraiment. Les idées visuelles pour les mécanismes du cerveau sont poussées, rien n’est laissé au hasard, les personnages des 5 émotions sont supers. Une fois de plus, Pixar réussit à faire de la double-lecture pour grands et moins grands. Mais pour le coup, le contraste est tellement fort avec les moments/personnages moins intéressants qu’il y a déception.

Donc, oui j’ai beaucoup aimé Vice-Versa mais je suis déçu de ne pas l’adorer. Déçu aussi d’être sorti de la salle en me disant « J’ai aimé mais… mais pourquoi il y a un mais ? ».

Autres critiques : Boudicca du Bibliocosme

Jurassic World

Réalisateur : Colin Trevorrow

Acteurs : Chris Pratt, Bryce Dallas Howard, Ty Simpkins, Jake M. Johnson, Vincent D’Onofrio,…

Synopsis : 20 ans après la destruction du Jurassic Park sur Isla Nublar, une nouvelle équipe a repris le projet.  (Source : Senscritique)


Jurassic World : Gros foutage de gueule ou mauvais blockbuster ?

Bon, j’y vais fort dès le début mais le visionnage du film n’aura été qu’une longue révision à la baisse de mes attentes. Pour votre plus grand bonheur, voici ce que ça donnait :

Avant la séance : « C’est un blockbuster avec des dinosaures, c’est cool, débranchage du cerveau et bon moment en vue »
Pendant la séance : « Cliché-cliché-cliché-réplique marrante-cliché-cliché-Il est cool Chris Pratt-Cliché-cliché-Chouette y a Jake Johnson-cliché-cliché »
(Arrive la dernière demi-heure du film)
« Mais c’est n’importe quoi, qu’est-ce que c’est que ces conneries ? »

Voilà, voilà.

Allez, j’argumente un brin quand même.

Un nouveau parc a ouvert, y a plein de jolis dinosaures, le T-Rex, les vélociraptors,… Ça va, tout est sous contrôle. Mais le parc décide de créer de toutes pièces un nouveau dinosaure, le prédateur ultime pour que ça fasse flipper et donc casquer toute la famille. Après tout, si on est arrivés à recréer les dinosaures, pourquoi pas en créer soi-même ? Logique marchande : les gens se lassent de tout, même des dinosaures, il faut donc du neuf. Ça se tient, c’est même bien pensé.
Évidemment, le nouveau dino fout la merde. Sauf que cette fois, il y a  20 000 personnes dans le parc. Grosse boucherie en vue ? Que nenni. D’ailleurs à part quelques employés se faisant croquer/écraser, c’est très décevant à ce niveau-là. Bref, les priorités sont de 1- sauver les enfants personnages principaux égarés dans le parc 2- stopper le vilain dino (qui est vraiment méchant puisqu’il tue même quand il a pas faim).

En fait, sur l’intrigue pure, pas de gros défauts je trouve, c’est classique, ça rappelle fortement Jurassic Park 1 (toujours le meilleur de la saga), c’est efficace, sans trop de temps morts ou de moments mélos (ah si, les parents qui vont divorcer. Bouhouh…). Pas de gros défauts jusqu’à ce qu’on arrive à la fin, notamment l’affrontement final. Là, désolé mais on tombe dans le grotesque. Et à plusieurs reprises, sinon ce serait pas drôle.

Un autre gros souci, ce sont les clichés. Pardon, les personnages.
L’un est le badass cool et courageux (Chris Pratt. Mais j’ai du mal à lui en vouloir, il fait ça tellement bien). L’autre est l’administratrice no-life, froide, rigide (et qui ne veut pas d’enfants, oh mon dieu how shoking !). Sans spoiler, il y a des étincelles entre les deux, mais même ça est mal foutu et artificiel. Et puis on a le vilain cupide pour qui vélociraptor rime avec gros potentiel militaire, les gamins dont l’aîné a un petit côté pervers mateur, le technicien geek sympa, le gars-qu’on-aurait-pu-couper-au-montage-ça-n’aurait-fait aucune-différence (ça, c’est Omar Sy)…

Qu’un blockbuster comme Jurassic World s’appuie – et rende même hommage, ça c’est cool par contre – sur sa saga ou sur les ficelles habituelles du genre, je n’ai rien à y redire, c’est le jeu. Mais qu’il y ait une telle fainéantise sur les personnages ou sur certains aspects du scénario, merde à la fin. Pourtant le film évite certains travers et s’en amuse même (cf le râteau). C’est beau, ça bouge pas mal mais c’est aussi paresseux et parfois incohérent (youhou, j’agite un truc qui fait de la lumière devant le T-Rex qui décide de me suivre au lieu de me bouffer direct alors que je cours en talons aiguilles – et ce, pendant tout le film s’il vous plaît).

Je n’ai pas parlé des effets spéciaux, de la réalisation ou de la bande originale ? Les premiers sont bien faits (encore heureux), la deuxième banalement normale et la dernière mal foutue, thème de la saga excepté.

En bref, j’aurais tellement aimé retrouver de la magie du Jurassik Parc 1. On en est loin. Ca reste un petit divertissement honnête mais guère plus. Et je suis gentil.

Avengers : L’ère d’Ultron

Titre original : The Avengers : Age of Ultron

Réalisateur : Joss Whedon

Acteurs : Robert Downey Jr, Chris Hemsworth, Mark Ruffalo, Chris Evans, Scarlett Johansson, Jeremy Renner, James Spader, Samuel L. Jackson, Aaron Taylor-Johnson, Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Cobie Smulder,…

Synopsis : Les Avengers doivent unir à nouveau leurs forces pour combattre Ultron, un être technologique qui veut éradiquer l’espèce humaine.


 

Et ben en voilà du bon film pêchu (ça change d’une belle fin).

Attention, cette critique est totalement inintéressante pour qui ne suit pas les films Marvel (et même peut-être pour les autres, un peu de modestie que diable !)

Une comparaison avec The Avengers 1 s’impose. Globalement c’est pareil, on reste sur le principe du « on met tous les super-héros ensemble et on leur fait affronter un super vilain méchant » mais en même temps la structure narrative est très différente. C’est rafraichissant mais il y a un côté plus brouillon au scénario (j’ai l’impression de faire mon consommateur conservateur en disant ça…).

Première seconde de film : Action-baston-explosions-courses poursuites. Les Avengers se connaissent déjà, bossent déjà ensemble, on rentre direct dans l’action. Et c’est cool. Puis, l’action se tasse, on fait la fête et là, bim, le méchant apparaît et on est reparti. Y a pas à dire, niveau rythme The Avengers se pose là. Mais nous ménage aussi quelques scènes plus reposantes qui permettent aux super-héros et aux spectateurs de souffler.

Toujours dans la comparaison : Les méchants. C’est à peu près du pareil au même. De Loki, frère de Thor, on passe à Ultron, création de Tony Stark.
Plutôt intéressant (notamment la réflexion sur l’IA quoique pas très creusé), bien fait, bonne voix et surtout bon prétexte à faire affronter une armée de robots pour remplacer les Chitauris, permettant à chaque super-héros de se défouler en explosant de la ferraille. Ça fait aussi un lien avec Avengers 1 (sur la cause de la création d’Ultron) et surtout – et ça vaut pour tout le film – ça permet de creuser les soucis de chacun, de creuser un peu plus Tony Stark, Black Widow, Captain America,… Je garde le meilleur pour la fin puisqu’un des plus gros changements est sur la place accordée à Hawkeye. Si je suis toujours perplexe de voir le gars se battre avec son arc, le bonhomme prend du galon et s’impose au même titre que les autres zigotos.

Sur le reste, pari réussi sur l’introduction des deux Maximoff, bons acteurs, bonne place dans le scénario,.. rien à dire. Sur l’autre nouveau personnage, plutôt réussi, si ce n’est qu’il m’a semblé sous-exploité (on est d’accord que pour développer tous les personnages il faudrait un film de 4h. Mais quand même). J’éviterai de trop jeter la pierre, car si Joss Whedon réussit bien une chose, c’est accorder une bonne place à chacun des Avengers. Et c’était pas gagné.

Pari réussi sur l’humour, toujours aussi bon et présent (mention spéciale au marteau de Thor), sur l’action, quoique les combats soient par moments un peu fouillis et enfin une bataille finale assez épique (bon, je reste un poil plus fan de la bataille de New-York).

Le scénario est certes prévisible et sans grandes surprises, parfois brouillon même si je ne peux m’empêcher de penser qu’avec le chantier titanesque que représente un film Avengers, il y a de quoi finir à l’asile. C’est parfois peu subtil et un peu lisse mais d’un autre côté on a des personnages plus fouillés, de supers scènes,…Bref, pas de grosse surprise, ça reste toujours aussi agréable. Avec tout de même une petite préférence de ma part pour le 1er Avengers.

Sans grosse surprise, le bon film du moment pour débrancher son cerveau, continuer la visite de l’univers Marvel et passer un bon moment (mais par pitié sans pop-corn ou tout sachet-qui-fait-du-bruit…)

Prochaines étapes 2015-2016 : Ant-Man, Captain America Civil War, Doctor Strange. Héhéhé :)

Inherent Vice

Réalisateur : Paul Thomas Anderson

Acteurs : Joaquin Phoenix, Josh Brolin, Owen Wilson, Benicio del Toro, Reese Witherspoon, Jena Malone, Martin Short,…

Synopsis : Los Angeles, années 70. Doc Sportello, un détective privé addict à la drogue, se retrouve mêlé à une affaire de disparition. (Source : Allociné)


Inherent Vice est un film assez exceptionnel (oui, cette critique sera sur un mode « Inherent Vice, c’est cool », je précise car ce film semble donner des réactions « j’adore » ou « je déteste »).

Joaquin Phoenix est une fois de plus à 10 kms au-dessus de la mêlée, Paul Thomas Anderson a une maîtrise de la mise en scène assez folle, la photographie est léchée comme c’est pas permis, quantité de seconds rôles ne déméritent pas non plus, et pour finir Inherent Vice est une sorte d’hybride entre The Big Lebowsky, à peu près n’importe quel film des frères Coen (Fargo disons) et un concert de Woodstock.

Bref, c’est foutraque, cool, planant, souvent drôle. Mais… je n’ai pas compris la moitié du scénario. Dans les grandes largeurs si, mais après, définitivement non. Ça foisonne de personnages, de sous-intrigues, ça part dans tous les sens, avec juste un petit fil rouge autour d’une femme. Et lorsque le personnage principal, défoncé en permanence, semble tout comprendre mieux que moi, je m’interroge sur mes capacités intellectuelles. J’aurais sans doute pu faire un p’tit effort mais honnêtement, c’est le genre de film où je préfère me laisser porter jusqu’à la fin.

Le plus marrant, c’est que j’ai toujours été pris dans les fumées d’Inherent Vice. Comme si l’effet planant de ce film à l’ambiance si particulière déteignait sur la salle (bon, pas toute, au moins 3 personnes sont sorties durant le film). Je ne dis pas que sur 2h30 je n’ai pas eu 1 ou 2 moments hors de l’histoire mais globalement je n’arrive moi-même pas à comprendre comment Paul Thomas Anderson a réussi à faire un scénario aussi bordélique tout en maintenant mon attention.

Quoique ça a peut-être un lien avec cette ambiance hippie si bien portée à l’écran, toutes ces répliques complètement absurdes, ces personnages décalés et/ou crétins , cette narration particulière et cet art du dialogue. Et Joaquin Phoenix bordel de merde… (Bon, y a Josh Brolin qui est cool aussi mais bon. Joaquin Phoenix quoi !).

Envie de le revoir, de repartir pour un trip Inherent Vice. En branchant mon cerveau. Envie de revoir Joaquim Phoenix. Envie de me marrer à nouveau. Envie d’apprécier encore une fois le film. Même si je me suis senti un peu con de ne pas tout piger… Merde, c’était quand même très bon !

Whiplash

Réalisateur & scénariste : Damien Chazelle

Acteurs : Miles Teller, J.K. Simmons

Synopsis : Andrew, 19 ans, rêve de devenir l’un des meilleurs batteurs de jazz de sa génération. Mais la concurrence est rude au conservatoire de Manhattan où il s’entraîne avec acharnement. Il a pour objectif d’intégrer le fleuron des orchestres dirigé par Terence Fletcher, professeur féroce et intraitable. Lorsque celui-ci le repère enfin, Andrew se lance, sous sa direction, dans la quête de l’excellence… (Source : Allociné)

Bande-annonce


 

Une critique de Whiplash ne peut commencer que par un cri du coeur. MON DIEU QUE CE FILM EST BON.

D’abord, il y a la bande-annonce à regarder. Parce qu’elle retranscrit bien le concentré d’énergie, de tension et de beauté musicale dont le film transpire.

Ensuite, il y a la bande originale à écouter (c’est par là sur Deezer). Parce qu’elle est magnifique, tout simplement. Parce que du jazz comme ça, j’en redemande, et parce que mariée à la tension de Whiplash ça crée une ambiance de malade.

Whiplash parle de jazz, de musiciens, d’un batteur. Whiplash parle d’un jeune de 19 ans, élève dans la meilleure école de musique de New-York, et qui est remarqué par le meilleur prof de la dite école, prof qui a en charge un groupe d’élite qu’il mène d’une main de fer (dans un gant de fer). Mais là n’est pas toute l’histoire.

Car ce serait oublier de dire que Terrence Fletcher (le prof) fait passer le sergent major de Full Metal Jacket pour un enfant de chœur, ce serait oublier de dire qu’Andrew Neyman (l’élève) a en lui une détermination à être « parmi les meilleures » qui frise (ou tombe dans) l’obsession la plus extrême. Face à deux personnalités aussi fortes (et aussi odieuses), il n’y a qu’une issue : Whiplash est un fantastique film sur un duel entre deux egos. Sur fond de jazz.

Pour faire honneur à deux personnages pareils, il fallait deux acteurs d’exception. Et c’est le cas. D’un coté, il y a J.K Simmons, habitué des seconds rôles notamment chez Jason Reitman (producteur executif du film. Coincidence ?). Absolument magistral, hallucinant, charismatique, écrasant,… bref, qui a trouvé un rôle à sa mesure. Et Miles Teller, que j’ai plus connu dans des rôles moyens dans des films moyens (Divergente, The Spectacular Now,…), jamais transcendant. Jusque là. Un acteur que je n’apprécie pas particulièrement, mais qui livre ici une sacrée performance, à la hauteur de son aîné.

Whiplash est l’oeuvre d’un jeune inconnu (ah si, il a scénarisé Le Dernier exorcisme : Part II, pardon) mais a tout de l’excellent film, maîtrisé à tous les niveaux.Une photographie léchée comme c’est pas permis, des plans et une façon de filmer la musique qui laisse franchement admiratif, un art de la tension comme j’en ai rarement vu. Le film m’a d’ailleurs fait penser à Black Swan sur ce point.

Du tout début, du roulement de baguettes sur fond noir jusqu’à la toute fin, la tension ne baisse pas. C’est d’ailleurs assez étonnant pour être souligné : le film n’a pas d’introduction, il attaque directement son sujet. Puis c’est le tourbillon ; entre admiration, manipulation, haine, respect, torture psychologique, dépassement (extrême) de soi, rien n’est épargné. Après avoir vu le film, si son énergie ne m’a pas surpris (merci à la bande-annonce), sa dureté psychologique si.
C’est aussi très fort de subtilité ; le harcèlement de Fletcher, l’attitude de Neyman, on les déteste, on les comprend ou on compatit (parfois) mais jamais le film ne cède à la facilité.

Tout au plus, regretterai-je des personnages secondaires assez transparents, du père d’Andrew Neyman à sa petite amie tellement bouffée par les ellipses qu’elle en devient anecdotique, tout au plus à valeur d’illustration de la mentalité d’Andrew. Bref, rien ni personne ne survit au duel des deux personnages.

Le duo d’acteurs magistral, la tension magnifique, le jazz, genre musical parfait dans le cas présent, le final en mode « bombe atomique », l’esthétique du film. Autant d’éléments qui font de Whiplash un des meilleurs films de 2014. A voir, à écouter.

Men, Women & Children

Réalisateur : Jason Reitman

Acteurs : Emma Thompson, Adam Sandler, Judy Greer, Ansel Elgort, Kaitlyn Dever, Rosemarie DeWitt, Dean Norris,…

Synopsis : Décrit la vie de lycéens et de leurs parents.


 Men, Women & Children : 6e film de Jason Reitman (qui semble très prolifique en ce moment, Last Days of Summer étant aussi sorti cette année) et énième film-choral sur les relations entre adultes et entre adolescents, cette fois via Internet.

Le problème de films comme celui-ci, qui essaie à travers la vie de quelques familles, de dépeindre des problèmes universels, c’est qu’il vaut mieux éviter les clichés et les banalités. Ce que n’évite pas (totalement) Men, Women, etc…

La galerie de personnages est assez inégale dans son intérêt et ses nuances, mais reste globalement plutôt réussie. Il y a d’abord la fille anorexique qui n’a d’yeux que pour le connard n°1 du lycée, footballeur, bien évidemment. On aura aussi la pom-pom girl/mannequin et sa mère/photographe/webmaster/agent/(maquereau ?) avides de célébrité.
Nous continuons avec l’ado – lui aussi footballeur – amateur de vidéos porno « déviantes », au contraire de son père qui est plus sur un combo porno classique/prostituées et de sa mère qui est, elle, amatrice de rencontres d’un soir ou deux, par Internet of course. Bref, la famille heureuse et épanouie dont le seul rapport à Internet se résume au sexe. Pourquoi pas.

On a aussi droit au personnage le plus con de toute la création, incarné par Jennifer Garner qui répond à la connerie du personnage par l’insipidité de son jeu. L’idée de ce personnage est de fliquer sa fille sur l’intégralité de ses communications, à recevoir les messages de celle-ci pour les supprimer, la traquer par géolocalisation, éplucher son ordi durant des heures, imprimer 50 pages de transcription de chat,… A ce niveau-là, ce n’est plus un balai dans le cul, c’est toute la clique de l’apprenti sorcier. Et pour le coup, le personnage est tellement caricatural et intégriste qu’il ne sert à rien si ce n’est peut-être donner un peu de suspense à la romance de la fille avec un autre ado, à l’histoire familiale chargée et qui passe son temps à jouer à Guild Wars (ce que ne comprend pas le papa qui préférerait que fiston aille jouer au foot, blablabla).

Certains personnages sont intéressants car nuancés, d’autres sont clichés. Bref, le tout est inégal. Et c’est dommage car l’intégration des navigations internet, des conversations SMS, bref de toute la partie numérique est très bien retranscrite à l’écran, le montage entre les différentes familles est impeccable et le casting, Jennifer Garner excepté, est excellent. Même Adam Sandler est juste. C’est dire.

Men, Women & Children a vraiment du potentiel sur l’idée, il y a de bonnes choses, les 2h passent assez vite, l’idée de la voix off et son ton décalé fonctionne très bien, la mise en scène est agréable et esthétique, les dialogues sont globalement bons et déclenchent souvent des rires dans la salle.

Après… 80% de l’usage d’Internet est résumé au sexe/aux sites pro-ana ou aux jeux vidéo (bon, on est d’accord que voir quelqu’un faire une recherche, consulter ses mails ou regarder des vidéos sur Youtube c’est pas bien passionnant), Guild Wars, normalement MMORPG gratuit, devient payant durant une scène, et les amateurs de porno semblent ne pas connaître l’option « Navigation privée » de leur navigateur. Le film a même tendance à dégager une impression de cliché dès qu’Internet entre en jeu. Pas sur tout évidemment mais suffisamment pour ajouter de la perplexité au divertissement.

Si le film n’est pas un film sur Internet mais bien sur les relations sociales ; Internet ne change au final pas grand-chose mais amplifie des problèmes déjà existants, il manque quand même de consistance et de développement sur la durée. Jason Reitman a aussi tendance à un peu trop forcer le trait, trop expliquer, quitte à passer pour moralisateur et chiant ou passer rapidement sur certains aspects du scénario. De plus, l’inégalité qui ressort fait dire « C’était vraiment bien, mais… en fait non, c’est juste sympa parce que quand même y a ça qui… ».