The Revenant

Réalisateur : Alejandro González Inárritu

Acteurs : Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Domhnall Gleeson, Will Poulter,…

Synopsis : Laissé pour mort par ses amis, après avoir été attaqué par un ours sur les bords du Missouri, le soldat Hugh Glass cherche à se venger d’eux, pour leur faire payer cet abandon. (Source : Allociné)


On va pas tourner autour du pot pendant 30 lignes : The Revenant est un film qui en colle plein la vue.

Et c’est un film d’autant plus agréable à voir quand on a chaud et une tablette de chocolat (noir/pâte d’amandes) sur les genoux.

Après, Innaritu semble crier au spectateur « Hey, t’as vu comme ils sont beaux mes paysages ? Tu les as vues les prouesses techniques ? T’as vu comme il est impressionnant mon film ? »

Car non, le film n’impressionne pas par sa simplicité ou sa sobriété. Il impressionne par tous les trucs techniques auxquels vous pouvez penser : les mouvements de caméras, la photographie, les maquillages, les effets spéciaux, bref le film respire la maîtrise et fait de The Revenant un film incroyable.

On se souviendra aussi de The Revenant comme du film qui a filé l’Oscar à DiCaprio. Alors, oui, Leonardo est excellent. Expressions, voix, démarche, le bonhomme en chie grave pendant plus de 2h, il souffre beaucoup mais il s’accroche. On admire, on compatit. Même si l’empathie était finalement assez limitée pour ma part. Mais finalement, deux acteurs m’ont plus marqué que Leonardo. Domhnall Gleeson d’abord, pour une seule raison, c’était la première fois que je ne voyais plus l’anglais coincé d’Il était temps (Oui, même sur Star Wars c’était le cas). Mais surtout, il y a Tom Hardy. Avec un personnage, aussi, animé d’un instinct de survie incroyable, il ment, trompe, frappe et fait passer toute une galerie d’émotions simplement par le regard. Ce type est incroyable.

Quelques scènes incroyables aussi, que ce soit la bataille du début, l’attaque de l’ours, la rencontre avec un amérindien, la poursuite via la falaise,… pas mal de scènes scotchent au siège par leur violence, leur soudaineté (tout est calme, les oiseaux gazouillent, le soleil brille, et tout d’un coup, BAM, il faut fuir, courir, tirer, sauter et le tout sans s’étirer avant).
Et parce qu’il faut faire plus qu’un simple film de survie, The Revenant est agrémenté de rêveries, de plans calmes, oniriques, d’apparitions fantomatiques, de flashbacks tristes avec une musique « Tree of Life » qui va bien. Ça pète, c’est sûr. Mais il y a aussi un côté assez artificiel, comme si on voyait les ficelles pendant les scènes.

Il y aussi des moments plus longs, plus lents, qui permettent de souffler, et il faut croire qu’ils sont super efficaces, parce que le héros semble quand même, malgré de superbes cicatrices, guérir super vite. Une fin, à mon sens, totalement ratée aussi. Trop facile, trop en décalage avec le reste du film.

Techniquement, c’est absolument parfait. Scénaristiquement, c’est chouette. Finalement, c’est très impressionnant. Mais, je n’en suis pas non plus ressorti des étoiles plein les yeux à écrire une lettre d’amour à Innaritu.

4 réflexions sur “The Revenant

  1. Je suis d’accord avec toi le film a un côté démonstration de force tant la réalisation est impressionnante même si le scénario est relativement « simple ». J’ai été particulièrement intéressée par le personnage de Tom Hardy qui est sans doute plus représentatif de l’époque et de la nature humaine que celui de Leonardo.

    • Je suis d’accord, le personnage de Tom Hardy est plus intéressant. Il le rend intéressant par la qualité de son interprétation aussi.
      J’ai hâte de voir si Innaritu fera des films plus simples et moins démonstration de force aussi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s