Dieumerci !

Réalisateur : Lucien Jean-Baptiste

Acteurs : Lucien Jean-Baptiste, Baptiste Lecaplain, Firmine Richard, Olivier Sitruk, Delphine Théodore, Michel Jonasz,…

Synopsis : A sa sortie de prison, Dieumerci, 44 ans, décide de de suivre son rêve : devenir comédien. Pour y arriver, il s’inscrit à des cours de théâtre qu’il finance par des missions d’intérim. Mais son binôme Clément, 22 ans, lui est opposé en tout. Dieumerci va devoir composer avec ce petit « emmerdeur ». Il l’accueille dans sa vie précaire faite d’une modeste chambre d’hôtel et de chantiers. (Source : Allociné)


Des fois on hésite entre aller voir The Revenant ou Room.
Pis, des fois on a juste envie d’un film léger et qui ne donne pas envie de se jeter sous le RER.
On va donc voir Dieumerci, parce qu’il y a Baptiste Lecaplain dedans et qu’un peu de cinéma français pourquoi pas.

Des fois, on fait vraiment des grosses conneries.

Critique garantie sans méchanceté ou condescendance, promis.

Bon, clairement, je n’ai pas du tout aimé Dieumerci (sous-titre du film : on a tous un rêve de gosse. Le mien, c’était de ne voir que des bons films. Raté. Comme ce sous-titre). Et pourtant, le film n’est pas non plus mauvais à se crever les yeux et les oreilles au tournevis (Pour ça, il y a Welcome to New-York).

Le gros problème de Dieumerci, c’est qu’il est gentil. Et terriblement premier degré. Le film a un bon fond, vraiment. Mais c’est tout.
Premier souci, le jeu d’acteurs, Baptiste Lecaplain excepté (mais il fait vraiment du Baptiste Lecaplain, avec des scènes plus sérieuses), mais  que ce soit Lucien Jean-Baptiste pas convaincant ou Firmine Richard qui sonne faux, je n’y croyais pas. Sauf quand Lucien Jean-Baptiste joue du Shakespeare ou du Corneille (mais encore heureux puisque son personnage est censé avoir du talent).

En gros, Dieumerci, c’est l’histoire d’un gars (qui s’appelle Dieumerci) qui sort de prison, décide de passer un concours de talents et prend des cours de théâtre. Il se voit affublé du glandu du cours, alias B. Lecaplain. Et tout le reste coule de source : les deux gars sont très différents, ça clashe, ça se rabiboche. On a aussi la maman très religieuse et qui en fait des tonnes, le prof de théâtre découvreur de talents, le directeur connard, la secrétaire gentille et/mais attachante, les soucis entre le glandu et son papa et surtout, surtout : le rêve de gosse. Et vu qu’apparemment, être comédien c’est vu par tout le monde comme un métier de feignasse première catégorie, faut que monsieur se justifie. Nous avons évidemment droit à sa réponse dans le magnifique et trèès émouvant monologue de fin qui lève le voile sur la vie d’un gars dont je me contre-foutais depuis le début.

J’oubliais, et c’est important à préciser, les deux moments à césariser pour leur originalité : ces moments avec un beau morceau de musique joyeux où des actions défilent et où on voit bien à quel point le temps passe et à quel point les deux personnages s’entendent comme larrons en foire. Et puis pareil ensuite mais avec une musique triste, parce que le Dieumerci, il est très triste.

Tout ça pour dire que tout est très téléphoné, très facile et très gentil. Et rien que pour cette dernière raison, je ne peux pas détester ce film. On sent qu’il y a une bonne intention, pas de soucis là-dessus mais ça ne fonctionne (presque) pas du tout. Les parties sur l’intérim dans le bâtiment sont assez réussies, le personnage de Baptiste Lecaplain est attachant mais pffff… ça reste quand même trop mièvre pour moi.

Une réflexion sur “Dieumerci !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s