La chute de Londres

Titre original : London Has Fallen

Réalisateur : Babak Najafi

Acteurs : Gerard Butler, Aaron Eckhart, Morgan Freeman, Angela Bassett,…

Synopsis : L’agent des services secrets américain Mike Banning, accompagne le président des Etats-Unis et le président de la Chambre des Représentants aux funérailles du Premier ministre britannique, mais rien ne se passe comme prévu… (Source : Allociné)


Mon dieu, quelle poilade !

Rien n’est à jeter, ce film est parfait. Je ne vais pas cracher dans la soupe, je savais pertinemment ce que j’allais voir mais c’est quand même agréable d’être parfois surpris par l’insipidité du scénario ou la connerie de certaines répliques.

Niveau surprise, en plus des traditionnels « C’est nous qu’on est les plus forts du monde, donc on doit continuer d’intervenir dans le monde », on a droit a de beaux conseils sur comment élever son enfant (« Ne jamais critiquer, toujours encourager » dit le papa entre deux rafales).

L’avantage d’un film comme celui-là, c’est que tout est parfaitement clair. Les gentils sont gentils et les méchants pas du tout. A 95% disons. Comme il faut de la nuance, le héros est très violent (mais c’est au service de la justice donc ça va).

« Dans les films, si on aime que la force soit mise au service du juste, c’est parce qu’on aime la force, pas le juste. Pourquoi préfère-t-on les histoires de vengeance aux histoires de pardon ? Parce que les hommes ont une passion pour le châtiment. Voir le juste frapper, et frapper fort est un spectacle dont on ne se lassera jamais et qui ne crée aucune culpabilité. » – Tonino Benacquista. Malavita

Les méchants, quant à eux, se vengent parce que leur petite sœur/fille a été tuée (pareil, ils semblent chatouilleux quand un autre frère y passe. Ils n’ont pas dû lire le contrat quand ils ont signé pour devenir trafiquant d’armes/terroriste). Là, on sent le scénariste super fier de sa subtilité.

Que dire d’autre ? Ça canarde, ça explose (pas toujours très bien fait d’ailleurs), ça dit des gros mots, la routine. Si, ça manque d’humour et de repartie. On admirera quand même ces dialogues :

 » Le terroriste : – Fuck you !
Le héros : – Fuck me ?
(Le méchant a la tête arrachée)
Le héros : – No, fuck you ! »

Le film ne démarre pourtant pas si mal : les dirigeants du monde entier se font descendre avec une facilité déconcertante, tout le monde flippe. Puis débute la course-poursuite pour choper Obama et là, ça part totalement en cacahuètes. Car si les terroristes sont hyper doués pour préparer des attentats, ils tombent à deux de tension lorsqu’ils font face a Gerard Butler qui semble, du coup, se battre contre des tétraplégiques aveugles. Pour pallier à ce manque de professionnalisme, Babak Najafi réussit quand même à délivrer de l’action bien filmée et qui reste tout de même agréable à l’œil. Je précise, car tout n’est pas à jeter.

Au rayon des gros films d’actions catastrophe, la chute de Londres se classe quand même juste au dessus du fond du panier, la faute à un service minimum généralisé. Oui, même Gerard Butler. Le premier opus (La chute de la Maison-Blanche) n’était pas inoubliable, celui-ci l’est encore moins.

 

6 réflexions sur “La chute de Londres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s