La vie très privée de Monsieur Sim (Leclerc)

Réalisateur : Michel Leclerc

Acteurs : Jean-Pierre Bacri, Valeria Golino, Mathieu Amalric, Isabelle Gélinas, Vimala Pons, Vincent Lacoste, Félix Moati,…

Synopsis : Monsieur Sim n’a aucun intérêt. C’est du moins ce qu’il pense de lui-même. Sa femme l’a quitté, son boulot l’a quitté. C’est alors qu’il reçoit une proposition inattendue : traverser la France pour vendre des brosses à dents. Il en profite pour revoir les visages de son enfance, notamment son premier amour, sa fille et son père et faire d’étonnantes découvertes qui vont le révéler à lui-même. (Source : Allociné)


La vie très privée de Mr Sim par Jonathan Coe est un petit bijou d’humour anglais et c’est délicieux.
La vie très privée de Monsieur Sim par Michel Leclerc est simplement un film français et c’est… pas pareil.

Et là, ça m’interpelle quand même : pourquoi lorsque c’est un écrivain anglais qui parle d’un quarantenaire en crise, ça fonctionne, voire même ça m’enchante d’avance et lorsque c’est écrit/réalisé par un français, ça m’emmerde d’avance ? Un anti-chauvinisme primaire ou est-ce que les anglais arrivent à saupoudrer leurs oeuvres d’un second degré salvateur tandis que les français restent désespérement terre-à-terre (parfois avec talent, ça n’empêche pas). Ou bien est-ce plus simplement « les goûts et les couleurs, mon bon monsieur ! » ?

Bref, le film, que vaut le film ?

Et bien d’abord il y a Jean-Pierre Bacri. Dans le rôle d’un gars dépressif. Un rôle to-ta-le-ment à contre-emploi donc. Alors oui, Bacri jouant M. Sim c’est d’une telle non-surprise, que ça fait lever les yeux au ciel. Seulement, à force d’habitude ou non, ça fonctionne plutôt pas mal. Le personnage est attachant, à claquer aussi parfois (le fameux combo attachant-exaspérant, là aussi une formule originale). Ce n’est pas « mon » monsieur Sim, celui que j’avais imaginé à la lecture du roman, mais ce monsieur Sim de Michel Leclerc a aussi ses bons côtés. Et puis ça fait quand même plaisir de revoir Jean-Pierre Bacri.

Je dois préciser que j’ai été agréablement surpris dès le début du film. De l’intérêt de m’être dit sur mon chemin jusqu’à la salle « Ils vont me saloper le boulot, ils vont ruiner le bouquin de Jonathan » (oui, je l’appelle Jonathan parfois). L’humour y est, et ça pour La vie très privée de monsieur Sim, c’était quand même un incontournable. Alors, certes, ce n’est pas l’humour fin et anglais de Jonathan Coe, mais l’idée est là.

Il est juste dommage que petit à petit, pendant que l’oiseau fait son nid, le temps lui-même commence à se être long. La faute à un film trop lisse, trop gentil, mal rythmé (entre scènes trop longues et scènes répétitives avec le GPS), trop artificiel dans le road trip et les réunions de cet homme avec son passé ; son amour de jeunesse (scène ratée, inaboutie, semblant sans enjeux alors que merde, c’est son amour de jeunesse). Enfin, l’éparpillement entre les différentes intrigues donne une impression de sous-utilisation de certains personnages ou un sous-développement de certaines intrigues.
Heureusement, les différents flash-backs fonctionnent bien et redynamisent l’histoire.
Malheureusement, les « conversations » de Sim avec son GPS ne fonctionnent pas, au contraire du livre.
Re-heureusement : le film garde une certaine légèreté qu’il arrive bien à équilibrer avec les moments plus mélancoliques. Et ça, c’est pas simple.
Re-malheureusement : la fin. Michel Leclerc donne l’impression d’avoir été lui-même surpris d’y être arrivé si vite en me laissant donc l’impression d’une fin bâclée.

C’est finalement, pour les lecteurs du livre de J. Coe, une adaptation semi-réussie. Car le film reste divertissant, porté par un Bacri en forme. Mais, même s’il n’a pas de gros défauts qui tâchent, la rencontre entre Jonathan Coe et le réalisateur du nom des gens aurait pu donner mieux que ça. Pour les autres, un film qui n’a clairement pas à rougir.

2 réflexions sur “La vie très privée de Monsieur Sim (Leclerc)

  1. J’ai tellement aimé le livre que… bah… je me tâte… irai-je ? irai-je pas ? j’aime aussi Bacri même s’il joue toujours le même personnage… J’ai aussi apprécié Le nom des autres… On verra… Il passe en janvier dans mon cinéma préféré….

    • L’ambiance est assez différente, tu peux aussi le prendre comme un film complètement différent. Et tu le verras dans de meilleures conditions de toute façon, j’ai vu le film en VF sous titrée en français^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s