Absolutly Anything

Réalisateur : Terry Jones

Acteurs : Simon Pegg, Kate Beckinsale, Robin Williams (Voix), Rob Riggle, les Monty Python (voix),…

Synopsis : Neil Clarke, un enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous, se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Neil l’ignore mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité. Un seul faux pas de sa part et les extraterrestres anéantiront la planète Terre. (Source : Allociné)


Déçu.

Je n’irai pas jusqu’à dire que j’attendais un Sacré Graal ou une vie de Brian mais je ne m’attendais pas non plus à un Bruce tout puissant voire même un Click : Télécommandez votre vie. L’important étant que j’attendais un Monty Python (même si, de la bande, il n’y a que Terry Jones à la réalisation et au scénario) et que j’ai, au final, eu le sentiment d’avoir une comédie américaine avec des trucs (et des gens) anglais dedans.

Manque l’humour pythonien, certes présent par moments mais pas à pleine puissance. Au niveau des Monty Python eux-même, ceux-ci font les voix des aliens. Souci, j’ai trouvé les créatures ratées au niveau des effets spéciaux. De bons vieux maquillages, ça l’aurait fait aussi, quitte à jouer sur le « Les vieux Monty Python sont de retour » autant y aller à fond.
Le scénario ne casse pas des briques non plus, rien d’étonnant mais là toute l’intrigue secondaire autour du militaire givré m’a complètement laissé de marbre et laisse même franchement à désirer sur sa fin.
Finalement tous les défauts se rejoignent ; je trouve que le film tombe dans la facilité. Et c’est décevant, (je l’ai déjà dit ça non ?) particulièrement de la part des Monty Python. Finalement, le concept n’est pas exploité à fond et le tout reste trop sage.

Bon, Absolutly Anything reste une comédie agréable. Les sketchs fonctionnent et fournissent de bons moments de comédie, les répliques font mouche. Heureusement car l’idée des pouvoirs illimités est surtout prétexte a une succession de sketchs, avec la traditionnelle histoire d’amour et le méchant pour donner du corps. Simon Pegg est dans son élément, toujours aussi énergique et drôle. Kate Beckinsale, par contre, reste elle aussi trop sage et n’a pas toujours l’air de savoir qu’elle joue dans une comédie (c’est vrai que des fois on se demande… Non, trop méchant, je retire).

Bref, quand on a la chance, unique, de voir ensemble les Monty Python + Simon Pegg avec un pitch qui laisse la porte ouverte à absolument tout, on ne peut pas s’empêcher d’être déçu de tant de classicisme.

Comédie sympathique. C’est tout. Et c’est ça qui est triste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s