La dose

Auteur : Melvin Burgess

Date de parution : 11 septembre 2014

Résumé : Alors que le chômage et la pauvreté dominent chez les jeunes, qui ne croient plus en l’avenir, une drogue révolutionnaire appelée le Raid déferle sur Manchester. Elle offre une vie de rêve et tous les possibles pendant 7 jours puis conduit inexorablement à la mort. Quand la rock star Jimmy Earle meurt sur scène en plein concert après avoir ingéré la fameuse gélule, c’est le déclic pour des milliers de fans dont Adam, 17 ans, qui est dans la foule avec sa copine, Lizzie. Mais le garçon ne tarde pas à regretter son geste… (Source : Babelio)


 

Bon… j’avais écrit une première critique. Puis, l’ordi a décidé que c’était le meilleur moment pour planter. Y en a qui commencent bien l’année.

Je reprends donc, et ce sera beaucoup plus court, parce que ça fait quand même un peu suer, surtout pour un livre que je n’ai pas aimé.

La dose, c’est un roman jeunesse d’anticipation sur fond de crise, de révolte sociale et de drogue. On croise des vilains gangsters dealers de drogue, des gentils révolutionnaires sincères et des ados désoeuvrés. Oui, ça sonne follement original et ce n’est pas fini.

On suit un ado, Adam, qui a la bonne idée de prendre une pilule de Raid, la drogue à la mode. Problème, le Raid, si il semble avoirs de bons effets durant une semaine, fait inévitablement mourir au bout de la dite semaine. Faut donc quand même bien réfléchir avant de l’ingurgiter. En plus d’Adam, on aura la joie de côtoyer Lizzie, sa copine et qui sert accessoirement de conscience, Christian, gangster psychopathe et caricature devant l’éternel, 2 révolutionnaires,…

La dose a tout pour être le roman d’anticipation qui fait réfléchir sur la drogue, la vie et tout le reste, mais bute sur des personnages caricaturaux ou bêtes à manger du foin (qu’ils soient ou non sous l’effet de la drogue) et dont je me fichais totalement qu’il leur arrive quoique ce soit.
Un mot aussi sur le style, maladroit par moments, insipide à d’autres mais toujours constant dans sa banalité.

La situation sociale explosive n’est là qu’en toile de fond brouillonne, comme beaucoup d’autres choses, mais là, j’ai trouvé ça vraiment dommage. Il y avait matière en mixant la thématique de la drogue avec le contexte de crise à quelque chose de percutant. Mais là… non.

Dommage parce que la couverture a un petit quelque chose qui attire le regard. Une dureté qu’on retrouve sporadiquement dans le bouquin sans qu’elle paraisse sincère ou bien faite.

Une lecture dans le cadre du challenge de la rentrée littéraire 2014 et un premier couac. Tant pis. Suivant.

Publicités

4 réflexions sur “La dose

    • Je ne me souviens avoir lu qu’une promesse pour May et je ne me rappelle plus du tout de l’histoire ! Je suis assez curieux d’en lire d’autres, La dose ne m’a pas non plus dégouté de Melvin Burgess.
      J’aimerai bien savoir ce que tu en as pensé par contre 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s