Interstellar

Réalisateur : Christopher Nolan
Scénaristes : Christopher Nolan & Jonathan Nolan

Acteurs : Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain, Casey Affleck, Mackenzie Foy, Michael Caine, Matt Damon,…

Résumé : Alors que la vie sur Terre touche à sa fin, un groupe d’explorateurs s’attelle à la mission la plus importante de l’histoire de l’humanité : franchir les limites de notre galaxie pour savoir si l’homme peut vivre sur une autre planète… (Commeaucinema.com)


 

Ayé, j’ai vu Interstellar, un de ces films dont il paraît qu’il ne faut pas les louper.

Alors, un des meilleurs films que j’ai vu en 2014 ? Yep, sans aucun doute. Le film de Christopher Nolan que je préfère ? Yep (même sans avoir vu son tout premier). Un chef-d’oeuvre de la SF/ »Le » film SF de notre génération ? Ne nous emballons pas s’il vous plaît.

L’avantage avec Nolan, et donc avec Interstellar, c’est qu’on en prend plein les yeux mais aussi plein le cerveau. Voilà un gars qui ne prend pas les spectateurs pour des porte-monnaies bêtes à bouffer du foin. Interstellar, c’est de la science-fiction qui envoie du pâté en effets spéciaux, c’est de la science-fiction qui fait réfléchir et c’est de la science-fiction qui reste excellente hors-espace, quand le héros est encore dans ses champs de maïs, sur Terre.

Interstellar, c’est aussi l’occasion pour Matthew McConaughey d’imposer une nouvelle fois son immense talent. Je reprocherai quand même à Christopher Nolan d’en faire vraiment des caisses sur le casting. Il y a quelques têtes connues : Anne Hathaway, Michael Caine, et tous les autres : Matt Damon, Jessica Chastain, Casey Affleck,… Si le côté casting 5 étoiles ne me dérange généralement pas, j’ai été perplexe en voyant apparaître Matt Damon. À sa première apparition, j’ai vu Matt Damon, pas son personnage. Et ça m’a gâché le moment.

Autre point cool d’Interstellar, c’est de paraître crédible scientifiquement (bon, pas sur la fin, là les frères Nolan ont clairement tapé dans leur réserve à fumette. Ce n’est pas négatif, attention. La fin hein. Pis la fumette). Je dis bien paraître, je ne suis pas vraiment ce qu’on pourrait appeler un scientifique, mais qu’un film de S-F paraisse crédible, ça me suffit.

Sinon, que dire…
Le scénario est hallucinant : sur son contenu (la théorie générale de la relativité est utilisée avec talent, son importance l’est tout autant. Et si le terme scientifique n’est pas le bon, je veux parler de tout le truc autour du temps-qui-ne-se-déroule-pas-pareil-partout. :-p), sur le montage des scènes entre les différents lieux : la Terre, l’espace, une planète, de scènes en scènes, de plans en plans… et sur les moments de tension très efficaces que Nolan arrive à créer à partir du scénario. De manière générale, le coup du « La Terre est devenue inhospitalière, trouvons une solution », sans être originale, pose des questions intéressantes, encore plus intéressantes sont les questions que pose sa solution.

La carte de l’humour est jouée avec subtilité (les robots monolithiques sont excellents , même s’il m’aura fallu quelques scènes avant de les considérer sérieusement). L’esthétique du film est soignée, magnifique et même le grain de l’image ajoute au charme d’Interstellar. Il faut ajouter à tout ça une musique qui colle bien au film, entrecoupée de silences très reposants (c’était peut-être le cinéma mais j’ai cru à plusieurs reprises que mes tympans allaient exploser).

Mais surtout, Interstellar contient ses moments d’émotion. Et ça ne je ne m’y attendais pas. J’ai toujours considéré Nolan comme un très bon réalisateur, mais aucun de ses films ne m’a vraiment touché ou même ému, j’ai toujours trouvé ses films assez impersonnels, voire froids. Et bien, pas avec Interstellar.

Quand je vous disais qu’il y avait de l’émotion !

Mais… (car il y a un mais) j’ai trouvé la toute fin trop facile, bizarre. La révélation sur le fantôme était aussi cousue de fil blanc tout comme l’identité de « ils »/ »eux »,… Le passage du film autour de Matt Damon sonne pour moi comme un passage à vide du film, manquant de rythme + problème de casting avec le dit-Damon,… J’aurais aussi aimé plus de développement autour du personnage de Casey Affleck, surtout sur la fin. Et le film manque de mystère à la Nolan. Et peut-être un poil trop de démonstratif parfois. Ah oui, le mot Tesseract est franchement abusé à la fin. Je me serais cru dans The Avengers.

 Je chipote mais Interstellar, en plus d’être un excellent film de science-fiction est un excellent film sur l’humanité. Une excellente utilisation d’effets spéciaux (sans 3D !), un excellent scénario et un excellent Matthew. J’ai aussi choisi, une fois de plus, de ne pas trop parler du contenu. Il me semble qu’en général, et notamment pour un film comme celui-ci, moins on en sait mieux on profite.

Publicités

22 réflexions sur “Interstellar

  1. Je suis globalement d’accord avec toi sur ce film, sauf que pour moi ce n’est pas le meilleur Nolan car je l’ai trouvé un peu convenu. Mais c’est malgré tout un super film de science-fiction (et d’accord avec toi sur le côté émotion). Et comme toi, je n’ai vu que Matt Damon quand il est apparu et non pas son personnage, dommage.

  2. Ta critique est très intéressante je trouve! J’ai moi aussi vu le film et il m’a complètement emportée, malgré les défauts que tu soulignes très justement. J’en ai fais une critique un peu « à chaud » sur mon blog parce que j’ai ressenti pas mal de trucs pendant ce film et j’avais envie de pouvoir exprimer ça… 🙂

  3. Oups, je l’ai vu hier soir et je n’ai pas du tout aimé ;)) Qu’est ce que c’était long, ennuyant, plein de poncifs. C’est simple, j’ai décroché dès la première heure donc si la fin est intéressante j’ai tout loupé ! ;o) Non vraiment j’ai trouvé ça très nul et très creux mais après je n’ai pas du tout le recul scientifique dont il faut peut-être être pourvu pour apprécier…. Le thème de la relativité me botterait bien pourtant mais aaaarghhh ! que c’est mal fichu dans ce film, rien, pas une émotion, j’ai juste vu un casting et de jolies images, des clichés déjà rebattus, sur un fond de pseudo philo, pseudo science, qui m’a donné envie de dormir (les sièges étaient super confort par contre ;o) )
    Mais bon de voir que ce film passionne tant (et rebute tant aussi) me pose question et je tenterai de le voir à la TV pour voir ;o) mais niveau intrigue hors science c’est zéro pointé.

    (PS : oui moi aussi j’ai cru que mes tympans allaient y passer et une personne d’une autre région que moi m’a dit la même chose, sont fous les ingénieurs du son chez Nolan ??)

    • Ah, un retour négatif ! Merci d’être venu le partager 😉
      Je ne pense pas qu’il faille avoir un recul scientifique pour apprécier Interstellar (ou n’importe quel film de science-fiction).
      C’est dommage, et là j’avoue que sur le fond je trouve, au contraire, que le film a beaucoup d’intérêt. C’est peut-être la partie sur Terre qui t’a mise dans de mauvaises dispositions et la suite dans l’espace n’a pas rattrapé le coup… ? (j’essaie de trouver une raison^^)

      Cool pour les sièges sinon 😉

      • Et bien je crois que c’est la forme plus que le fond qui m’a contrariée. Mais genre vraiment contrariée. Les dialogues, les interactions entre les personnages, sont creux comme les abysses de James Cameron. L’aspect se passant sur Terre (puis même dans l’espace d’ailleurs) est carrément cliché sans aucune profondeur. J’ai pu apprécier les jolies images de l’espace mais bon… Du coup contrariée que j’étais et ricanant un peu de ce que j’avais sous les yeux je n’ai pas pu me laisser aller à m’imprégner/comprendre le reste qui m’a fait l’effet de science/philo de comptoir.
        Je ne sais pas si tu saisis ce qui ne m’a pas plu mais voilà… 🙂
        Bon je compte sur un re-visionnage à la TV histoire de laisser mes reproches de côté et me concentrer sur le reste. Wait & see ! Mais il est clair que je ne serai jamais copine avec Nolan, je pense.

      • Si je comprends 🙂 Ca l’arrive aussi sur certains films d’être tellement rebuté par certains choses que ça occulte tout le reste. Peut-être avec le prochain Nolan ? 😉

    • Il est sur une bonne série pour le moment : Mud, Dallas Buyers Club, True Detective. Et il reste plus sobre dans Interstellar que dans Mud ou True Detective où il force un peu le trait sur ses personnages à l’accent chelou^^

  4. Pas d’accord! Le professeur Mann (Matt Damon) c’est celui qui triche avec la vérité scientifique pour convaincre, donc survivre, un instinct fondamental de l’espèce humaine. Il a produit les résultats les plus rigoureux obligeant les voyageurs à venir vers lui (tu te rappelles ils étaient obligés de choisir entre lui et l’amoureux de Brand, car ils manquaient de carburant, et ils ont essayé de choisir avec « rigueur ») C’est aussi un petit clin d’oeil avec ce qu’est le genre SF…..un peu de triche avec la vérité scientifique, et avec la fin où il y a carrément triche avec les lois de causalité. Bref tout n’est qu’illusion, ce n’est qu’une fiction qui joue avec les lois de la vraissemblance, par ex: le côté documentaire du début avec les témoins qui s’expriment. Je ne vais pas écrire un roman, mais je trouve un peu dur avec ce pauvre Matt Damon, que je trouve excellent à contre-emploi (pour une fois qu’il ne sauve pas le monde!)

    • Je ne remets pas du tout en cause l’utilité de son personnage 😉 Seulement le rythme du film sur son temps d’écran. Sur l’acteur, là je plaide coupable^^

      • Quand je m’ennuie au cinéma, s’il y a des longueurs et du verbiage inutile, mon voisin souffre beaucoup et là, avec ce passage crucial de lutte pour la survie, j’étais en apnée ! j’ai une preuve vivante qui peut en témoigner.

  5. Vu et adoré. Première fois pour moi, que je vis une telle expérience au ciné, et quand j’ai vu le générique de fin, j’étais un peu sonnée de me rendre compte que c’était fini, et qu’il fallait bouger. 🙂
    Sur ce n’est pas parfait (Moi aussi j’ai vu Matt Damon plutôt que son perso ; la fixation de McConnaughey sur sa fille (et son fils, on s’en fiche ??) …
    Mais je m’en fiche pas mal, parce qu’enfin on a un film travaillé avec un vrai scénario (sans que ce soit une adaptation d’un livre), des effets spéciaux auxquels on croit, une musique de fou …
    Du cinéma, du vrai !!

    • Bien d’accord avec toi 🙂 Oui, vu la qualité du scénario et du film en général, on pardonne vite les petites imperfections !
      Pour moi, l’expérience au ciné a été un tout petit peu gâché par une famille dont les enfants ne comprenaient rien et posaient question sur question à leur père et par une femme qui éclatait de rire aux grands moments de tension.^^

  6. J’ai bien aimé les autres films de Nolan (Inception, Memento) alors je me tâtais à voir celui ci. La fin facile me rebute un peu mais je suis quand même tentée par ta critique. Effectivement, j’ai aussi toujours trouvé ces films assez froids, mais c’est aussi ce qui faisait leur charme. Tout l’intérêt dans les films de Nolan pour moi est les trucs tordus qui retournent le cerveau

    • Ah oui, Memento est un de ses meilleurs 🙂 C’est vrai que ses trucs tordus ont du charme, mais pour le coup c’est moins le cas avec Interstellar je trouve. C’est bon signe, il sait se renouveler 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s