Retour à Killybegs

Auteur : Sorj Chalandon
Date de parution : 2011

Résumé : Pendant des années, Tyrone a eu un rôle important au sein de l’IRA. Nationaliste avant tout, il a connu les prisons britanniques, la violence, la souffrance de voir son fils emprisonné à son tour, mais jamais il n’a plié. Un jour, pourtant, sa famille et ses amis découvrent qu’il a « trahi » et que pendant plus de 30 ans il a renseigné les britanniques… (Source : Livraddict)


Roman miroir de Mon traître, Retour à Killybegs, c’est l’histoire du traître raconté par le traître.

J’avais peur d’une overdose en enchaînant les deux à la suite, mais Retour à Killybegs réussit à parler du même sujet d’une manière bien différente.

Déjà, on est dans du 100% irlandais du nord, on baigne dans le conflit depuis l’enfance de Tyrone Meehan (oui, son vrai nom n’est pas Le Traître) jusqu’à sa mort. Et pour le coup, la présence française extérieure au conflit mais qui s’identifie à ces Irlandais, ce n’est plus le luthier parisien du 1er tome, c’est moi.

Mon traître racontait l’histoire du trahi, Retour à Killybegs développe celle du traître. Et ça permet de comprendre beaucoup. D’autant que dans cet univers complètement vert, l’immersion est encore plus forte que dans le premier tome. Aussi, lorsque le narrateur commence à parler du Français de Mon traître, j’ai été très déçu. Ce français-là était un intrus dans ce récit-là, après tout il avait déjà eu droit à son propre livre !

Ce qui est très fort avec ce livre, et Sorj Chalandon en général, c’est qu’on comprend la violence qui est en jeu. Que ce soit les motivations des Irlandais ou des Anglais, les raisons et les actions d’un traître, il n’y a pas de jugement ou de blâme. C’est lucide et intelligent. Et puis surtout, quand on lit ce livre, on sent l’amour que Sorj Chalandon peut avoir pour l’Irlande. A partir de là, on ne peut plus dire grand-chose de négatif sur l’auteur, non ?

Et puis pour être franc, avoir vu et entendu Sorj Chalandon alors que je n’étais qu’au début de ma lecture, ça a joué aussi. Toute l’émotion et la passion de cet auteur lorsqu’il parle de son expérience nord-irlandaise, ça marque la lecture. Ça explique aussi beaucoup de choses sur la manière dont il décrit ses personnages ou leurs motivations.

Publicités

4 réflexions sur “Retour à Killybegs

  1. Merci pour tes commentaires passionnés, je ne vois peut-être pas la même chose que toi dans les bouquins de Chalandon, mais tu m’as au moins donné envie de les lire, même si son côté « ancien combat' » et « soixante-huitard » pontifiant, m’énerve un peu par moment, mais c’est là une histoire de génération que tu aurais du mal à comprendre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s