Blood Song, 1. La voix du sang

Titre original : Raven’s Shadow, book 1: Blood Song

Auteur : Anthony Ryan

Date de sortie : Juin 2014

Résumé : Vaelin n’a que dix ans quand son père, le Seigneur de Guerre du roi, l’abandonne au pied de la grille d’entrée du Sixième Ordre. Cette commanderie éduque les frères qui sont de toutes les batailles. Vaelin y découvrira la vie austère, solitaire et dangereuse d’un combattant de la Foi, qui n’a désormais plus d’autre famille que l’Ordre. De révélations en révélations, une seule vérité se fait jour : Vaelin Al Sorna est promis à un grand destin. (Source : Livraddict)


 

Retour gagnant a la fantasy depuis… l’Assassin royal. Alors même si Blood Song n’égale pas la saga de Hobb (le premier cycle), elle n’a clairement pas à rougir.

L’univers d’abord, pas trop compliqué, cohérent, et c’est déjà pas mal. Pas encore très développé sur le plan politique et les intrigues attenantes mais chaque chose en son temps. J’ai quand même regretté le manque de développement sur les Ordres.

Niveau héros, Blood Song ne renouvelle pas le genre. Varlin est un être d’exception, très doué dans tout ce qu’il fait, une vraie légende vivante, etc… ça ne le rend pas moins sympathique, et un vrai héros sans grand chose d’Anti(-héros), ça n’est pas mal non plus.

Autre non-surprise, la structure du roman. On commence sur un roman d’apprentissage jusqu’à ce que Vaelin soit prêt. Pourquoi pas, c’est une formule connue mais toujours très efficace. Les flash-forwards avec le chroniqueur impérial sont en revanche une excellente idée surtout quand on voit les différences de versions entre les deux hommes.

Blood Song bénéficie en vrac, d’un style direct et agréable, d’une intrigue classique mais bien menée et qui prend quand même le temps de se mettre en place (malgré un héros qui a une tendance à poser souvent des questions très directes à ses interlocuteurs), un univers bien fait et des personnages qui à défaut d’être hauts en couleur font le job. Je pinaillerai quand même sur les relations entre personnages assez inégales dans leur qualité.

Amateur de fantasy à défaut d’être spécialiste, je peux quand même avouer que sur 700 pages de roman, jamais Blood Song ne m’a paru long. Je dirais même qu’arrivé à la fin j’ai ressenti une certaine hâte de lire la suite. Et ça, si ce n’est pas le gage d’un roman réussi…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s