Jimmy’s Hall

Réalisateur : Ken Loach

Acteurs : Barry Ward, Simone Kirby, Andrew Scott,…

Résumé : 1932 – Après un exil de 10 ans aux États-Unis, Jimmy Gralton rentre au pays pour aider sa mère à s’occuper de la ferme familiale.  Suite aux sollicitations des jeunes du Comté de Leitrim, Jimmy, malgré sa réticence à provoquer ses vieux ennemis comme l’Eglise ou les propriétaires terriens, décide de rouvrir le « Hall », un foyer de jeunesse gratuit et ouvert à tous où l’on se retrouve pour danser, étudier ou discuter. Mais l’influence grandissante de Jimmy et ses idées progressistes n’est pas du goût de tout le monde au village. Les tensions refont surface. (Source : Allociné)

Bande-annonce


A moins d’une complication inexplicable, il était fort probable que j’aime Jimmy’s Hall. Le seul vrai suspense était de savoir comment, pourquoi, pour qui et en combien de temps.

Avant tout, Jimmy’s Hall est authentique, tout y sonne juste, tout respire cette Irlande des années 30 complètement déchirée, qui n’aspire pour une partie de sa population qu’à s’en remettre et pour une autre à  foutre encore un peu plus le dawa dans la baraque.

C’est aussi des personnages qui refusent la domination, de se plier aux médiocres et aux règles moyen-âgeuses. Qui se battent malgré un jeu en leur défaveur. Pour toutes ces raisons, Jimmy’s Hall a ces moments qui en viendraient presque à coller des frissons. Presque, car un manque d’émotion se fait sentir par moments pour cause de scènes convenues ou trop timorées.

L’ambiance est là, la réalisation est clairement maîtrisée (en même temps, c’est pas Jo le clodo aux commandes…) et le casting est excellent. Excellent et anonyme (pour moi en tout cas), et mine de rien, un film où je ne connais (quasiment) personne c’est agréable. Ca aide à ne voir que les personnages.

J’aurai quelques petites regrets toutefois. Un manichéisme sur ses personnages divisés entre gens biens et ouverts, qu’ils soient simple pécore ou communiste éclairé et abrutis rétrogrades. Seul « Moriarty » tire sur le gris.

Finissons sur une note positive. J’ai aimé ce lieu qui cristallise les rêves des uns et les conneries des autres. Car si le Jimmy’s Hall est au centre du film, il ne fait que mettre en lumière un mal-être général (et un paradoxe délicieux… Celui de renvoyer les communistes aux États-Unis^^).

Et maintenant, le bordel de fin de critique : Bon film, tout plein d’humanité (pour le meilleur et pour le pire). Mais trop timide à mon goût. Bons acteurs. Bonne musique. Bons paysages. Et, y a pas à dire, l’Irlande c’quand même un beau pays. J’ajouterai quand même que si les événements du film déchaînent les passions de ses personnages, j’ai eu l’impression d’en manquer pour en parler. En espérant que Jimmy’s Hall ne soit pas le dernier film de Ken Loach, comme annoncé.

Publicités

5 réflexions sur “Jimmy’s Hall

    • J’attends ton avis 😉
      Tu aurais des Ken Loach à me conseiller ? J’en ai vu que 4 de lui et seulement des récents (2004 pour le plus vieux)

      • J’en n’ai pas vu tant que ça mais j’ai un grand souvenir de Le vent se lève… Et horreur ! Il ne passe pas dans mon cinéma de campagne !!! Et je n’ai pas le temps d’aller le voir à Poitiers… Je suis désespérée ! 😦

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s