Gravity

Réalisateur : Alfonso Cuarón

Acteurs : Sandra Bullock, George Clooney, Ed Harris

Résumé : Pour sa première expédition à bord d’une navette spatiale, le docteur Ryan Stone, brillante experte en ingénierie médicale, accompagne l’astronaute chevronné Matt Kowalsky qui effectue son dernier vol avant de prendre sa retraite. Mais alors qu’il s’agit apparemment d’une banale sortie dans l’espace, une catastrophe se produit. Lorsque la navette est pulvérisée, Stone et Kowalsky se retrouvent totalement seuls, livrés à eux-mêmes dans l’univers. (Source : Cinétrafic)

Bande-annonce

Un autre excellent cru 2013.

Qui n’a pas entendu parler de Gravity ? Le pitch est simple. Des astronautes font leur job dans l’espace, dansent la macarena, bref la routine. Mais, évidemment un pépin (ou plutôt des milliers de pépins lancés à 80 000 km/h) arrive et les deux survivants doivent… survivre et donc regagner la Terre. Pas besoin d’aller plus loin, on peut d’ailleurs reprocher à Gravity son scénario un peu trop simple mais celui-ci recèle plus de trésors que prévu et l’enrobage est juste… magnifique (plein les z’oreilles et plein les mirettes).

Parlons donc esthétique, effets spéciaux et plans. Bref, le visuel. Là, pas de doute, c’est magnifique, époustouflant, fantastique, vertigineux, tourneboulifiant et fantastibuleux. Et, parce qu’il faut le reconnaître, la 3D mérite ici largement sa place. Comme quoi, tout arrive. Alfonso Cuarón sait s’en servir, sait se servir de l’environnement vide et angoissant, sait nous balancer des plans admirables (jusqu’à la scène de fin, très forte).

Gravity oppresse, Gravity angoisse et le silence n’en est que plus terrible. Même si pour le coup, moins de musique et plus de silence aurait sans doute aidé encore plus à l’immersion. Je chipote un peu car un film qui immerge autant le spectateur (par le spectateur j’entends votre serviteur of course), c’est rare. On n’est pas dans un bête film dans l’espace. Ici, l’environnement est véritablement mis en valeur.

Je passerai très rapidement sur les interprètes dans la mesure où ils ne sont que deux + 1 voix (c’est Ed Harris en même temps. Merci générique). Sandra Bullock est bluffante (d’autant plus quand on voit que son autre film 2013 est la comédie Les flingueuses. Cette femme est un caméléon). Bref, bluffante de sobriété et de talent. George Clooney est parfait dans son rôle, même en étant bien moins présent. D’autant qu’Alfonso Cuarón a l’excellente idée de le rappeler à notre bon souvenir.

Là où Gravity est intéressant, c’est sur le cheminement qu’il fait prendre. Le film se termine, on se remet des émotions ressenties durant 1h30 (court et intense), on se dit que quand même c’est un putain de beau film. Puis, on se dit que bon, l’héroïne a quand même bien la poisse mais que le scénario est ptête un brin faiblard. Mais bon, c’est une histoire de survie, dans l’espace, ça réduit pas mal le champs des possibles surtout quand le film joue autant la carte du réalisme. Ah, le réalisme… là on se dit que quand même la fin est un peu bancale et qu’il y a quand même des grosses ficelles (mais que c’est un putain de beau film).
Finalement, on réfléchit à d’autres éléments, d’autres plans. A cette femme qui a un passé qui se trouve mêlé très discrètement à sa mission (tout le truc de lâcher prise qui revient à au moins 2 occasions, de tourner la page, de renaître, d’évoluer. Et avec ces deux derniers verbes je pense que ceux qui ont vu le film comprendront).

Gravity est magnifique (est-ce que je l’ai déjà dit ?), son scénario n’est certes pas son point fort, comporte certaines bancalités (ça se dit ça ?), mais tout film ne peut s’appeler Prisoners. D’autant que celui-ci a aussi ses p’tites cachotteries. La fin est certes assez discutable, plus de noirceur aurait été sympa. Mais bon…
Là où j’ai un peu peur c’est sur le rendu de Gravity sur petit écran et en 2D. Est-ce que ça ne va pas trop réduire l’intensité du film ?

En tout cas, ça m’a soufflé et je n’en demandais pas plus.

Pis c’est bête mais dans le générique de fin, Alfonso Cuarón remercie David Fincher. Et ça m’a fait plaisir.

Ah, voici d’autres excellents articles sur le film : Gravity par Smellslikerock et Gravity par Tix et Mickdeca

Publicités

10 réflexions sur “Gravity

  1. Rien à rajouter à ta chronique que je partage pratiquement entièrement. Visuellement parfait (et je l’ai vu après manger et effectivement ça retourne un peu :)) mais scénario un peu faiblard comme tu dis, voire rocambolesque.

  2. Oh, je n’ai même pas vu la mention à Fincher :O
    Je vais être o-bli-gé de le revoir, mince alors…

    (Comment ça me touche trop de ouf le lien vers chez nous !)

    • Tu as entendu parler du journaliste qui a demandé à Alfonso Cuaron si tourner dans l’espace avait été difficile ? Amusant mais révélateur tellement on s’y croit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s