A Suspicious River

Auteur : Laura Kasischke
Traducteur : Anne Wicke

Editeur : Points
Parution : 2000

Quatrième de couverture : Leila est une ravissante brune de vingt-quatre ans. Son mariage est un échec, sa vie à Suspicious River, petite ville du Michigan, ennuyeuse. Réceptionniste au Swan Motel, elle peut, pour quelques dollars de plus, être incluse dans le prix de la chambre. Un jour, la situation dérape : un client la maltraite. Indemne, elle continue de se vendre. Pourquoi dépêche-t-elle sa descente aux enfers ?

Ma première rencontre avec Laura Kasischke et certainement pas la dernière.

Cette dame a une plume et le talent pour garder l’attention de son lecteur quand l’héroïne est une jeune femme paumée qui se fout de ce qui lui arrive, de son corps et d’à peu près tout le reste.

Il y a une telle indifférence chez ce personnage que j’ai rapidement eu peur de m’ennuyer autant qu’elle. Que faire devant une femme qui semble ne rien ressentir et continue de s’enfoncer dans une lente et consciente descente aux enfers ? Cette femme qui se vend au même prix que les chambres qu’elle loue, pour de l’argent évidemment, mais de l’argent qui ne la motive, finalement, pas tant que ça. Un client la maltraite ? Bof, ce n’est que son corps. Sa vie l’ennuie, son mari l’indiffère ? Bof, ce n’est que sa vie.

Comme pour expliquer cette triste vie, Laura Kasischke glisse régulièrement des flashbacks, des bribes d’une vie qui s’annonçait déjà sans espoir. Ca peut expliquer, donner une excuse ou quoique ce soit, mais ça n’enlève pas la frustration. Les flashbacks s’accélèrent, prennent de plus en plus de place. De là à dire qu’ils submergent de plus en plus Leila au fur et à mesure que sa descente aux enfers s’accélère, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas, je ne suis pas critique littéraire.

A Suspicious River est empli de… vide, de désespoir. C’en est d’ailleurs frustrant et donne envie de coller une bonne baffe à Leila (tout en sachant qu’elle n’en aurait rien à faire, ce qui renforce la frustration), et de la secouer en lui demandant, poliment bien sûr, de se bouger les fesses.

Le livre n’aura pas fait long feu. Et ce n’est pas pour l’envie de savoir ce qui arrivera à la jeune femme (on se doute que ça ne sera pas une fin à la Disney). C’est seulement parce que je ne pouvais pas m’en empêcher. Même lorsque les situations semblent se répéter, un client entre, prend la chambre et la réceptionniste, un autre client entre, etc… et qu’une pointe de lassitude semble se profiler, la lecture continue tout de même avec intérêt. Et sans goût particulier pour le sordide, merci de demander.

C’est triste, rageant, sombre, frustrant. Et c’est bien écrit, avec simplicité et force.

Et c’est un premier roman. Foutu talent, tiens…

A noter que le roman a été adapté au cinéma par Lynne Stopkewich en 2000 (même titre).

 

 

 

 

Publicités

6 réflexions sur “A Suspicious River

  1. Je n’avais encore ni entendu parler du livre ni du film.. Ce que tu en dis m’intrigue, j’ai bien envie de découvrir cette auteure du coup !

  2. Ouaih !!! ta critique est excellente ! C’est aussi le premier roman que j’ai lu d’elle, je t’en prêterai d’autres ! Je ne savais pas qu’il avait été adapté au cinéma.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s