La femme à 1000°

Auteur : Hallgrimur Helgason
Traducteur : Jean-Christophe Salaün

Date de parution (française) : 2013

4e de couverture : Condamnée à vivre dans un garage avec pour seule compagnie son ordinateur portable, une provision de cigarettes et une grenade datant de la fin de la Seconde Guerre mondiale, une octogénaire islandaise atteinte d’un cancer en phase terminale revient sur sa vie en attenant la mort. Car Herra, comme on l’appelle, a beaucoup de choses à raconter. Petite-fille du premier président d’Islande, fille d’une paysanne et du seul nazi islandais avéré, elle a, au fil de son existence mouvementée, vécu la guerre et l’exil, connu beaucoup d’hommes, parfois célèbres, et vu la mort, de bien trop près. Avant de s’envoyer en l’air pour de bon, elle passe en revue son passé et celui de son pays, l’occasion pour elle de régler au passage quelques comptes.

Merci à Babelio et son opération Masse Critique pour ce livre.

La femme à 1000° c’est cette islandaise qui, proche de sa mort, déballe sa vie, notamment durant la seconde guerre mondiale. C’est aussi son présent, où, très présente sur les réseaux sociaux, elle profite de l’anonymat pour échanger avec des hommes à travers le monde.

La construction du récit est donc simple : on passe de 2009 à 1940 à 1945 à 2009, etc. Les aller-retours n’arrêtent pas, et j’avoue que pendant une bonne partie du livre, j’ai surtout eu l’impression d’un grand fouillis. Il restait « heureusement » quelques centaines de pages derrière pour rattraper le wagon. Ce que je n’ai pas fait.

J’aime la littérature nordique (soit Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède). Mais là, je n’ai rien ressenti de nordique, d’islandais, de « typique » comme dirait Perceval. Bon, j’avoue que ce ressenti peut paraître assez étrange et difficilement justifiable mais ça résume en fait plutôt bien ma lecture de La femme à 1000°. Je n’ai rien ressenti. Pire, je me suis ennuyé (c’est fou ce que 600 pages peuvent paraître longues…).

Pour cette fois, j’en prends l’entière responsabilité. Le style est plutôt agréable : familier (le type de familier où on sent le plaisir d’écrire tout en ne tombant pas dans la facilité), imprégné de cynisme et d’humour noir. Pile ce que j’aime. Mais, combien de fois ai-je pensé « Mais… ce chapitre ne sert à rien » ou « My godness, que ça blablate… ». Le même livre moitié moins long aurait été pas mal au fond.

Les sujets abordés sont légions : sa famille (grand-papa a été le premier président d’Islande, c’est pas la classe ça ?), ses amants, ses maris, les nazis, et enfin toutes ses aventures à travers différents pays : Danemark, Allemagne,… et au-delà. Et la narratrice est ce qu’on appelle une forte personnalité (appeler le crématorium pour réserver le moment de sa propre crémation, ça n’est pas donné à tout le monde). Un livre riche, un personnage fort. Mais ça n’a pas suffi.

En bref, je ne déconseille pas ce livre. Je ne m’interdis pas, de le reprendre dans quelques années. Là, j’en retiens surtout de la frustration.

Et parce que, quand même, il y a des choses que j’assume ne pas aimer : Je trouve la couverture bien moche (la couverture, pas la femme sur la couverture hein).

Publicités

6 réflexions sur “La femme à 1000°

  1. Je suis en train de moi-même le lire et au contraire de toi, j’aime beaucoup cette alternance un peu aléatoire des époques mais je comprends que ça puisse déstabiliser certains.
    Espérons que si tu le retente, il te plaise plus 🙂

    • En général, j’aime bien les alternances entre chapitres, ça donne un bon rythme au livre. Là, vu que le contenu ne m’a pas emballé, cette alternance m’a empêché de rentrer dans ces histoires. Mais, effectivement, la prochaine fois, ça ira surement mieux !

  2. Bravo d’être arrivé à faire une critique qui n’enlève pas l’envie de lire ce livre; alors que tu t’y es ennuyé… Un peu peur de la longueur tout de même…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s