The Deep Blue Sea

The Deep Blue Sea afficheRéalisateur : Terence Davies

Avec : Rachel Weisz, Tom Hiddleston, Simon Russell Beale, Ann Mitchell,…

Synopsis : Dans les années 50 à Londres, une femme au foyer de milieu aisé décide de quitter son époux pour son amour de jeunesse, un pilote de la Royal Air Force. (Source : Seriebox)

Bande-annonce

———-

Que les choses soient bien claires d’entrée de jeu. Je suis allé voir The Deep Blue Sea car il y avait la ravissante, l’exquise, la talentueuse, la… Bref, il y a Rachel Weisz. Et je l’assume ! 😉

Le scénario de la femme quittant son mari fortuné pour retrouver l’homme qu’elle aime, n’était pas en soi un vibrant appel au visionnage, mais sait-on jamais après tout ? Ça donnait aussi l’occasion de voir Tom Hiddleston autrement qu’en Loki et son joli costume (Thor, The Avengers,… pour ceux qui ne connaîtraient pas).

The Deep Blue Sea est adapté d’une pièce de théâtre et ça se sent. La réalisation est du coup très… théâtrale, les répliques et les acteurs tout pareil. Il y a indéniablement une ambiance propre au film, aidée par une lumière bien reconnaissable (intimiste, chaude, bref jouant un vrai rôle) et une réalisation très conventionnelle au mieux, un peu surannée au pire. Une fois qu’on s’est fait à ce côté traditionnel et théâtral, le film se passe plutôt bien, même si certaines ficelles utilisées sont assez too much. Le miroir entre la scène de début et de la scène de fin est bien gentil mais un poil plus de subtilité n’aurait pas fait de mal.

Le film bénéficie également d’un bon casting (assez restreint qui plus est) entre Rachel Weisz (pour tous les adjectifs déjà cités) et Tom Hiddleston qui a surtout la bonne tête de l’emploi plus qu’un talent extraordinaire (mais qui  se défend bien, il faut le reconnaître). Simon Russell Beale, qui joue le mari trompé et abandonné, apporte un ton juste à ce personnage au final assez attachant.

Pour le reste, il faut bien entendu accrocher à l’histoire de cette femme qui abandonne une vie plate avec un mari pas bien folichon qu’elle semble apprécier plus qu’aimer (la séparation aura ses bons côtés et permettra au mari trompé de dévoiler sa bonté) et qui tombe amoureuse d’un homme qui s’avérera l’être moins qu’elle. Elle fera avec, mais tout de même : grosse désillusion. Pour le reste, allez voir le film, le festival Télérama le permet.

Au final, un peu déçu par The Deep Blue Sea (je suis en tout cas beaucoup moins enthousiaste que Les Inrocks ou Télérama. J’apprécierai sûrement Die Hard 5 bien plus qu’eux, ça équilibre…), les acteurs sont bons (surtout Rache…. d’accord, j’arrête), mais l’histoire, certes sympathique sans être tourneboulifiante, de même que la réalisation un brin classique/vieillotte (rayez la mention inutile) ont fait que mon temps de cerveau disponible ne l’a pas été durant les 1h38 du film. Mais en partie, et c’est déjà pas mal après tout.

Publicités

2 réflexions sur “The Deep Blue Sea

  1. Eh ben dis donc cette Rachel W… te fait tourner la tête !!! J’adore ta chronique ! et maintenant bien envie de voir ce film, non pas pour la succulente RW mais pour tout le reste, même (voire surtout) pour le côté suranné.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s