The Master

The Master - afficheRéalisateur : Paul Thomas Anderson

Avec : Philip Seymour Hoffman, Joaquin Phoenix, Amy Adams, Laura Dern, Jesse Plemons, Ambyr Childers,…

Synopsis : Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe…  (Source : Allociné)

Bande-annonce

———-

Intriguant, déroutant, The Master.

Avant toute chose, il convient de rendre honneur à Joaquin Phoenix. On dit souvent d’un acteur qu’il est excellent ou qu’il est habité son personnage. Joaquin Phoenix est, ici, un cran ou deux au-dessus, livrant une performance extraordinaire, métamorphosé aussi bien dans son physique, sa démarche, sa façon de parler,… tout. Face à lui, Philip Seymour Hoffman et Amy Adams ne déméritent pas, mais il leur est difficile de faire face. Leur talent trouve aussi écho dans un autre registre, avec des personnages plus froids, calculateurs et magnétiques.

Prenons tout de même les choses dans l’ordre.

Avant tout, impossible de ne pas avoir dans The Master une grande maîtrise de la part de Paul Thomas Anderson. Plans impeccables, musique immersive, lumière, tout est maîtrisé de bout en bout. Là-dessus, pas de soucis, Mister Anderson gère bien la partie réalisation. On sent une volonté de livrer un Grand Film avec tous les moyens qui vont avec.

Après (et un après, qui sonne comme un mais), la partie scénario m’a laissé plus dubitatif. Plus de 2h de film, il faut du contenu, mais là aussi il y a de la matière tout va bien. Par contre, le tout m’a semblé un peu décousu et bancal avec une amplification au fur et à mesure que le film avançait. Et cet aspect-là m’a plus gêné.
Le lien entre les deux personnages principaux n’est pas non plus très évident, on voit ce que le personnage de Joaquin Phoenix tire de celui de Philip Seymour Hoffman, la réciproque m’a paru plus obscur.

A propos de ces personnages d’ailleurs, (j’y inclus celui d’Amy Adams, la femme du Master, secondaire dans la distribution, centrale dans l’histoire), ceux-ci font définitivement la force du film. Freddie (Joaquin Phoenix), homme totalement détruit par la guerre, complètement paumé, rempli de violence et de désespoir qui se détruit doucement mais sûrement. Lancaster « The Master » Dodd est bien plus ambigüe, et on touche là le sujet des sectes. Le rapport entre les deux personnages est d’ailleurs particulièrement fort, bien plus que le sort des vétérans (via Freddie) ou comment monter une secte en 10 leçons (via Lancaster). La première séance entre les deux hommes, où Freddie doit répondre aux questions sans cligner des yeux est tellement forte qu’elle en devient vite insoutenable.

Au final, un film fort, un casting impeccable mené par le vrai Master, dit mister Phoenix mais un scénario qui a vraiment peiné à m’emporter.

Publicités

10 réflexions sur “The Master

  1. C’est vrai qu’il y a du très bon dans ce film, comme tu la dis la réalisation est très bien, mais je pense que PTA est passer totalement à côté du sujet des sectes, pour éviter sûrement les critiques américaine sachant que le sujet est très sensibles là-bas. En tout cas j’ai bien aimer ton article 🙂

    • Merci 🙂
      Pour le scénario brouillon je pensais pour ma part au choix cornélien entre traiter le rapport entre les deux hommes et le sujet des sectes. Mais au final le résultat est le même !^^ Ceci dit, ça donne envie de voir ses autres films.

  2. Je salue aussi la performance des acteurs, en particulier celle de Joaquin Phoenix. Le film dont la maitrise de l’image est parfaite, peine vraiment à délivrer son message, et n’aboutit sur rien selon moi. Moi aussi il a eu vraiment du mal à me captiver…

    • Au final, Paul Thomas Anderson est bien meilleur réalisateur que scénariste (sur ce film-ci, je n’ai pas vu les autres), peut-être trop ambitieux ?
      Merci d’être passée 😉

  3. Pour ma part, The Master m’a complètement emballée.

    L’enchaînement impromptu des scènes en a agacé plus d’un, j’ai l’impression, personnellement, j’ai trouvé ces ellipses éminemment intelligentes et ai grandement apprécié que le sens profond du film reste tacite. Ca nous change un peu des codes habituels.

    Pour ce qui est de la relation Dodd/Freddie, où tu dis ne pas voir ce que Dodd en retire, je dirais que c’est la stimulation de son désir de conquérant (en cela, leur relation n’est en rien une « amitié » pour moi comme je l’ai souvent lu mais une relation de domination). Freddie est farouche, sauvage, récalcitrant. C’est un chien enragé qui échappe complètement à Dodd, contrairement à ceux qui s’opposent à la Cause et donc qui, indirectement, alimentent son pouvoir, et c’est pourquoi Dodd est irrémédiablement attaché à lui. Freddie incarne le libre arbitre.

    Enfin, ce n’est que mon humble interprétation :).

    • C’est vrai que ces enchainements m’ont gêné, bien plus qu’agacé d’ailleurs. J’ai l’impression d’être passé à côté de quelque chose.Qu’il y ait plus de tacite ne m’a pas empêché de trouver que ça s’éparpillait par contre.
      Tu as raison pour leur relation, ça n’a pas grand-chose à voir avec une amitié. Je n’avais pas du tout pensé à cette interprétation, elle tient bien debout ! Ca expliquerait aussi le comportement plus froid de la femme de Dodd qui n’apprécie pas trop cet électron libre. Merci pour le partage 😉

  4. Ce n’était pas ma priorité en ce mois de janvier, mais après avoir vu ceux que je voulais, je réfléchissais à l’éventualité d’aller voir The Master. Ton avis ne penche pas forcément en sa faveur, mais je suis quand même très tenté pour les acteurs. Bof, ça attendra probablement le petit écran.

    • C’est vrai que voir leurs performances sur grand écran est super, mais dans le même temps c’est le genre de film qui peut être vu sur petit écran sans trop perdre, contrairement à d’autres.
      On n’est qu’à mi-janvier, tout est encore possible 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s