Dark Shadows

Réalisateur : Tim Burton

Avec :  Johnny Depp, Eva Green, Michelle Pfeiffer, Helena Bonham Carter, Chloe Moretz, Bella Heathcote,…

Synopsis : Ce long-métrage relate les mésaventures fantastiques de la famille Collins, vivant dans l’immense et sinistre demeure de Collinwood, et dont l’un des principaux membres n’est autre que le redoutable vampire Barnabas. (Source: Wikipédia)

———-

Après le décevant Alice au pays des merveilles, j’attendais Tim Burton au tournant, avec un certain optimisme puisque Dark Shadows a su éviter la 3D. Là aussi, le film est une adaptation, mais d’un soap des années 60-70, apparemment culte aux Etats-Unis.

Pour faire court : Ca fait bien plaisir de revoir un film aussi burtonien. Que ce soit sur l’histoire, l’ambiance ou la présence de certains acteurs, pas de doute c’est un film de Tim.

Pour commencer, le scénario est solide. Barnabas Collins, vivant au 18e dans l’opulence et l’amour, voit sa vie bouleversée lorsqu’il éconduit la servante (Eva Green. Oui, oui le bonhomme a éconduit Eva Green. Oserai-je parler d’incohérence ?). Bref, mauvaise idée puisqu’elle se révèle être une sorcière qui, entre autres choses, fait de lui un vampire. A ce point-là de l’histoire, 15 minutes du film sont passées. Tim Burton a eu l’excellente idée de vite arriver au moment où, deux siècles plus tard, le sieur Collins sort de sa boîte. Il retrouve une famille en déclin dans un château en ruines, et une sorcière qui n’a pas pris une ride mais qui a eu l’affreuse idée de se teindre en blonde.
A partir de là, il n’a de cesse de restaurer la grandeur de jadis. Tout en découvrant la joie des années 70.

La famille Collins et son entourage sont assez intéressants. Si la cheffe de famille (Michelle Pfeiffer) est relativement normale, sa fille est une ado typique et son neveu dit toujours voir sa mère (décédée bien sûr). Pour le reste, une psy alcoolique (Helena Bonham Carter) squatte le manoir familial ainsi qu’une nouvelle gouvernante qui semble avoir quelques secrets. Pour compléter le tableau, le frère de la boss familiale, bien que celui-ci soit un brin transparent. Personnellement, j’aurais apprécié une famille plus déjantée que ça, mais on ne peut pas tout avoir…

Le décalage 18e/Années 70 est évidemment une des ficelles comiques du film, mais dont n’abuse pas Tim Burton (un petit air des Visiteurs lorsque Barnabas découvre la télévision peut-être). Une des autres ficelles étant la personnalité et le langage délicieusement daté de Barnabas.

Car si le scénario est assez riche pour tenir le film, celui-ci repose tout de même sur Barnabas et son génial interprète (Mr Depp of course). Aidé par son habituel tartinage de maquillage, l’acteur fait des merveilles. (La VO est bien sûr fortement recommandée). Eva Green est aussi excellente en sorcière névrosée.

Dans cette comédie horrifique moderno-gothique, Tim Burton est dans son élément. Il réussit à créer une ambiance particulière où la patte du maître est visible au premier coup d’oeil. L’impression aussi que Tim Burton s’est beaucoup plus lâché que dans Alice au pays des merveilles.

Bref, du bon Burton.

Publicités

6 réflexions sur “Dark Shadows

  1. Ayé je l’ai vu ! C’était sympa, pas un chef-d’oeuvre mais on passe un bon moment. Du Tim Burton pur jus. J’ai adoré la scène d’amour « vache » entre la sorcière et Barnabas. Et puis quel plaisir de voir Alice Cooper ! Ce n’est pas ta génération mais c’est drôlement bien.

  2. J’ai été très déçue par Alice aussi et je suis contente de voir que je n’ai pas été la seule =D J’ai vraiment très envie de voir ce film !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s