Le Petit Sauvage

Auteur : Alexandre Jardin

4e de couverture: Un jour, Alexandre Eiffel s’aperçoit avec effroi qu’il est devenu une grande personne, un empaillé de trente-huit ans. Esclave de son agenda, il ne copule plus guère et se prélasse sans honte dans la peau d’un mari domestiqué, indigne du petit garçon rebelle et vivant qu’il fut, celui à qui son papa disait : – Le Petit Sauvage, tu es un fou ! Alexandre décide de réveiller l’enfant en lui. Il quitte l’épouse qui lui servait de bouillotte, rachète la maison où vécut le Petit Sauvage, part retrouver la Société Secrète des Crusoé et surtout Fanny, son bateau bleu et ses lèvres inoubliables. Mais les ans ont passé et le retour aux amours enfantines ne pourra se faire que grâce à Manon, la contrôleuse des volcans, qui fait si bien l’amour dans les branches des arbres. Adulte qui joue à l’enfant, enfant qui joue à l’adulte, Alexandre est la création la plus originale de l’auteur du Zèbre.

———-

Lu dans le cadre de l’épopée littéraire, Le Petit Sauvage a été l’occasion d’un premier contact avec le concept du livre qui voyage entre lecteurs. (Parce qu’au final, ptête que la lecture n’est pas une activité toujours solitaire…)

Premier contact avec Alexandre Jardin, pour au final une impression agréablement mitigée. Certes la lecture est agréable, le livre se lit très vite, sans accrocs,  mais ça ne fait pas tout. (Ce n’est pas que je recherche un roman inoubliable à chaque fois, attention !)

Les bons points (Mais pas assez pour en faire un excellent roman) côtoient les mauvais (Pas assez nombreux pour en faire un mauvais roman)

L’histoire d’abord, classique mais efficace, Mr Alexandre Eiffel (De la famille de Gustave of course) souhaite renouer avec l’enfant qui est en lui. Et s’y attelle de manière plutôt musclée.

Un changement de vie radical, un besoin de rajeunir. C’est amusant, ça fait envie. (Quoi que je j’en sois pas au même point que le dit-Alexandre)Et si ce thème du retour à sa jeunesse est sympathique, il lui a manqué un petit quelque chose pour le faire sortir du lot.

En revanche, j’ai eu l’impression de lassantes répétitions,  sur l’adulte-voulant-redevenir-un-enfant-etc… A tel point que j’aurais bien secoué le livre en lui disant « J’ai bien compris ce qui arrive à Mr Eiffel, pas la peine d’en faire des caisses ! » Autre motif d’exaspération : Certains mots-« clés » sont en majuscule. ( « Je ne suis pas stupide, j’ai bien compris l’importance de ce mot ! ») Ca part sûrement d’une bonne intention, mais j’ai eu l’impression qu’Alexandre Jardin essayait de forcer ma lecture. Et le « Petit Sauvage » en moi n’a pas particulièrement apprécié.

Bon, sur un registre plus positif (Parce qu’à ce stade, vous devez vous demandez pourquoi j’ai trouvé la lecture agréable.) :
Le style fluide, sans défaut et sans originalité, voilà un livre qui se lit comme du p’tit lait et ça fait du bien.
Le mélange « style agréable + histoire sur l’enfance », m’a (bizarrement) fait penser à du Pagnol. Et pour cette pensée, le livre gagne un point !
Une belle trouvaille de l’auteur également : Utiliser « 3 personnes en 1 » : L’enfant qu’il était et l’homme qu’il est devenu à la troisième personne et l’homme en pleine transition qu’il est actuellement à la première personne. Un brin de schyzophrénie salvateur !

Mais un intérêt plus accru est soudainement apparu aux environs de la page 180. Alexandre Jardin se met à jouer avec les mots (Après Pagnol, c’est Queneau qui m’est venu en tête) : Des formes se mettent en place, faites de mots. Le héros passe dans un tunnel ? Le texte devient plus étroit. Etc… Des dessins apparaissent, la présentation change, etc… Bref, le texte vit ! Et ça, je ne m’y attendais pas du tout. Et c’est sûrement ce que j’aurai encore en tête dans quelque temps.
La fin, et la façon dont elle est amenée m’ont aussi beaucoup plu. Comme le reste, c’était inattendu (Ah, le bienfait des petites espérances…).

Bref de l’originalité qui n’attendait que le bon moment pour sortir.

Merci donc à l’épopée littéraire pour m’avoir fait découvrir ce livre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s