La légende de Robin des Bois

Auteur : Manu Larcenet

4e de couverture« L’affection du sieur Alzheimer me paralyse tous les jours un peu plus. Il m’arrive trop souvent de voler aux riches sans plus me souvenir à qui je dois donner le pognon… »
———-

Je connais Manu Larcenet par Fluide Glacial, et ensuite quelques lectures du Combat ordinaire et du Retour à la terre. Mais je ne connaissais pas « La légende de Robin des Bois ». C’est un auteur dont j’aime beaucoup le dessin (On peut feuilleter Robin des bois sur Babelio) et qui sait à merveiller mélanger humour/philosophie/poésie.

Un mot pour cette BD : Génial. Bon, deux : Hilarant.

Car la situation la voilà : De nos jours, Robin des Bois remplit son boulot de justicier dans la forêt de Rambouillet (depuis maintenant 75 ans) en attaquant les touristes qui traînent, en compagnie de son fidèle compagnon Petit Jean qui lui colle des coups de bâton dans la tronche dès que Robin pète une durite. Car la terrible vérité c’est que Robin des Bois est atteint « de l’affection du sieur Alzheimer ». Très régulièrement, il oublie tout donc, ce qu’il est, où il est, d’où il vient et ce qu’il fait et à chaque crise il se met à chanter (Des chansons allant de  Tata Yoyo à Chaud cacao..)

On retrouve le shériff de Nottingham (Vieux évidemment, et qui débarque de son Far-West, et lance des « Blood and Guts ! »), mais aussi Tarzan (Enfin une version d’un vieux tarzan myope et zoophile), Marianne, Frère Tuck devenu Pape,…

Décor : La forêt de Rambouillet (dont les arbres parlent, et c’est pas toujours très joli.) et la ville. (Où Robin et Jean font connaissance avec le « sarrasin » Kader)

La BD est divisée en plusieurs  « nouvelles », permettant différents fils conducteurs (Marianne, Tarzan, l’exploration de la ville, etc…) et le tout avec cet humour désopilant qui reprend un classique et le revisite d’une manière plutôt…décalée.

Vous pouvez feuilleter la BD sur Babelio : Ici

« Alors, mon brave… Quel est le programme en cette magnifique journée ?
– Le même que depuis 75 ans messire… Voler aux riches pour donner aux pauvres…
– Quel étrange concept ! Et on ne garde rien pour nous ?
– Non messire, on donne tout aux pauvres.
– Mais alors… Nous sommes pauvres ?… Si nous sommes pauvres, nous sommes en droit de voler aux riches pour garder pour nous… Nous serons bientôt riches et nous nous volerons nous-mêmes… Ainsi redevenus pauvres, nous nous redonnerons l’argent à peine volé quand nous étions riches… Nous pourrons mettre tout le pognon sur un compte d’épargne pour le faire fructifier… Ainsi nous serons encore plus riches, puis nous attaquerons la banque et.. Rh… Gz… TIRELI PINPON SUR LE CHIHUAHA.. »

Victor Hugo a écrit « C’est trop cool la forêt, on peut s’y promener » A-t-on jamais fait plus bel éloge des sous-bois ?

J’ai complètement oublié d’aller délivrer Marianne… C’était il y a 42 ans de ça. Ca m’est tout à fait sorti de la tête…J-Je suis une merde…

Publicités

2 réflexions sur “La légende de Robin des Bois

  1. bonjour, pourriez-vous me dire (pour un petit concours badin dans mon coin…) à quelle page de cet album on peut lire « le volois aux pauvres pour donnay aux riches. C’estoit pour ça que je suye pauvre. » excusez les fautes… merci!! Anne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s