Auprès de moi toujours

Auteur : Kazuo Ishiguro

Résumé: Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham dans les années quatre-vingt-dix ; une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l’idée qu’ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelles raisons les avait-on réunis là ?Bien des années plus tard, Kath s’autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Avec Ruth et Tommy, elle prend peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n’a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d’adultes.

Kazuo Ishiguro traite de sujets qui nous touchent de près aujourd’hui : la perte de l’innocence, l’importance de la mémoire, ce qu’une personne est prête à donner, la valeur qu’elle accorde à autrui, la marque qu’elle pourra laisser.

———-

Bon livre, qui se lit « comme du petit lait ».

Le style, simple, agréable et sans chichis y est pour quelque chose.

La construction aussi.

Trois parties du livre, trois étapes d’une vie : Hailsham (J’ai toujours envie de l’écrire Hellshame bizarrement…), les Cottages et la vie ensuite. L’avantage, c’est que toute l’histoire est racontée par Kathy H., la narratrice alors qu’elle est déjà adulte. On n’a donc pas à lire le point de vue de Kathy enfant, ado et adulte mais plutôt d’elle faisant un bilan de ce qu’elle a vécu jusqu’à présent (Avec tous les avantages de la narratrice revenant sur des événements qui ne l’avaient pas marqué au moment où ils sont arrivés, etc…)

L’histoire enfin, bien ficelée. Je suis amateur de ce genre de récits ; Anticipation, SF… Auprès de moi toujours a cette différence de ne pas expliquer d’entrée tous les rouages du système et de jouer sur  le point de vue de ceux qui sont (des victimes) au cœur de ce système. Original et très plaisant ! Les voir se commencer à se poser des questions, à avoir des réponses au compte-gouttes, à formuler des théories.., et le tout dans la résignation la plus totale (Peut-on d’ailleurs parler de résignation, c’est juste que les choses… sont comme ça et puis c’est tout)

Il m’est quand même arrivé d’être peu lassé par moments (Surtout pendant la partie enfance) de ces relations compliquées  entre le trio de personnages Kathy-Ruth-Tommy (Copine/pas copine, dispute/réconciliation/re-dispute mais ça-n’est-plus-comme-avant, etc..). Sans doute dû à quelques longueurs dans le récit. (Après je n’avais pas entre les mains la version poche, mais un livre style pavé, ça a peut-être joué ?)

Petite précision : J’ai vu le film, ce qui m’a donné envie de lire ce livre. Heureusement, j’ai attendu quelque temps, ce qui fait que je n’avais plus tous les détails en tête. Principalement les lieux en fait, et quelques personnages.  Le livre est bien plus complexe (Normal ceci dit), que ce soit sur le système en lui-même que sur les rapports entre personnages. Les deux supports se complètent assez bien finalement. Et lire le livre m’a donné envie de revoir le film (Bonjour, le cercle vicieux…)

Un dernier mot vis-à-vis du titre français, qui colle mal au contenu du livre et selon moi pas très bien traduit. Je préfère le titre anglais – Never let me go (dont je ne raffole pas non plus mais bon.)

Le livre est déjà bien connu, donc je n’ai peut-être pas besoin de le conseiller ? 😉

Alors vous attendez, même si vous ne le savez pas vraiment, vous attendez le moment où vous vous rendrez compte que vous êtes réellement différent d’eux ; que, dehors, il y a des gens comme Madame, qui ne vous détestent pas et ne vous souhaitent aucun mal, mais qui frissonnent néanmoins à la seule pensée de votre existence – de la manière dont vous avez été amené dans ce monde et pourquoi – et qui redoutent l’idée de votre main frôlant la leur. La première fois que vous vous apercevez à travers les yeux d’une personne comme celle-là, c’est un instant terrifiant. C’est comme vous entrevoir dans un miroir devant lequel vous passez chaque jour de votre vie, et soudain il vous renvoie autre chose, une image troublante et étrange.

Publicités

2 réflexions sur “Auprès de moi toujours

  1. Je l’ai lu tout récemment ! Et…c’est assez glaçant en fait ! Le pensionnat d’Hailsham m’a d’abord fait pensé à une secte ! Je me suis sentie de plus en plus mal à l’aise en lisant ce livre ! La chronique arrive bientôt ! Et-ce que tu as vu le film?

    • Oui ! C’était il y a un certain temps donc je ne pourrais pas faire la comparaison entre le film et le livre mais j’en garde un bon souvenir. Notamment de l’interprétation de Carey Mulligan, Andrew Garfield et Keira Knightley

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s