Fondation et Empire

Auteur : Isaac Asimov

Saga : Cycle de Fondation – Tome 2 sur 7 (Dans l’ordre d’écriture)

Résumé : Tandis que les crises qui secouent l’Empire redoublent de violence et annoncent son effondrement définitif, La fondation créée par le psychohistorien Hari Seldon pour sauvegarder la civilisation devient de plus en plus puissante, suscitant naturellement convoitises et visées annexionnistes. En tout premier lieu, celles de Bel Riose, jeune général qui voit dans les secrets détenus par La fondation le moyen de monter sur le trône.
C’est alors qu’apparaît un mystérieux et invincible conquérant, surnommé le Mulet, que le plan de Seldon n’avait pas prévu…

———-

Cycle de Fondation : Tome 2 !

Tout comme le premier tome, celui-ci se lit sans heurts, tout en douceur grâce au style d’Asimov qui garde la recette toujours aussi efficace du dialogue et de la simplicité.
On approfondit nos connaissances de la Fondation, et arrivés à la fin, on en redemande !

La structure est modifiée : Deux trames au lieu de cinq dans le tome précédent. Plus de continuité dans l’action  et c’est tout aussi bien ! D’autant que ces deux trames se complètement admirablement : Dans l’une, la psychohistoire s’applique et c’est autant jouissif qu’avant. L’autre, très intéressante puisqu’elle n’avait pas été prévue. Les protagonistes, comme le lecteur sont dans le brouillard et cela casse toute cette prévision de l’histoire.

Le conquérant non prévu apporte, en plus de sa flotte, tout un tas de questions sur la crédibilité de la psychohistoire, c’est parfaitement résumé par ce passage :

A quoi vous attendez-vous donc ? Voilà une civilisation tout entière élevée dans la croyance aveugle qu’un héros du passé a tout prévu et s’occupe de tous les détails de leurs foutues existences. Voilà un schéma de pensée qui a toutes les caractéristiques d’un sentiment religieux, et vous savez ce que ça signifie.

– Pas le moins du monde.

Mis n’était guère enchanté de devoir donner des explications. Il n’aimait pas cela. Il grommela donc, contempla le long cigare qu’il roulait d’un air songeur entre ses doigts et dit : « C’est une attitude qui se caractérise par un recours systématique à la foi et par des réactions de forte ampleur. Des opinions inébranlables. Sauf en cas de choc violent, où l’on observe alors une complète déroute mentale. »

De l’imprévisible dans une histoire où tout repose sur le prévisible, l’anticipation, la connaissance du futur. Rafraichissant !

Une fin explosive (au niveau du suspense !) bien que pas totalement imprévisible.

Et autant, on pouvait finir le premier tome sans avoir à lire le reste (C’est l’opinion générale qui ressort, mais quand on commence un cycle on le finit franchement !) Autant à la fin du deuxième tome on n’a pas d’autre choix que de commencer directement le suivant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s