Sur la piste du Marsupilami

Film d’Alain Chabat

Avec : Jamel Debbouze, Alain Chabat, Fred Testot, Géraldine Nakache, Lambert Wilson,…

Synopsis : Quand Dan Geraldo, reporter en quête de scoop, arrive en Palombie, il ne se doute pas qu’il va faire la plus incroyable des découvertes… Avec Pablito, guide local plein de ressources, ils vont aller de surprise en surprise au cours d’une aventure trépidante et surtout révéler une nouvelle extraordinaire : Le Marsupilami, animal mythique et facétieux, existe vraiment !
(Source : Allociné)

———-

Après un bon mois sans cinéma, Le Marsupilami d’Alain Chabat était une bonne façon de s’y remettre. Et de répondre par la même occasion à la question : Le dernier film de Mr Chabat sera-t-il plus proche de l’excellent Astérix et Obélix : Mission Cléopatre ou du pas très bon Rrrrrrrr ?

Sur la piste du Marsupilami est finalement entre les deux, le tout allant d’amusant à très drôle (Citerai-je la scène du chihuahua comme 95% des critiques ?). On y retrouve l’humour qui fait la marque de fabrique de l’ex-Nul, tout en étant (un peu trop) lissé et convenu de par un certain nombre de facteurs que je ne saurais analyser.

L’adaptation d’abord : Je connaissais déjà le Marsupilami par les BDs, sans être puriste au point de crier au scandale à la sortie d’un film s’en inspirant. Pour la bête en elle-même, rien à dire, le Marsupilami est magnifiquement fait, tant au niveau du physique que du comportement. Chabat a clairement su s’approprier la bestiole. D’autant que l’histoire en elle-même n’est pas adaptée d’une BD mais créée de toutes pièces (une histoire de droits je crois), la seule vraie question pour moi était donc sur la qualité de l’animal. Pour l’esprit humoristique, avec Chabat aux commandes, il n’y avait pas de tracas à avoir.

Pour le scénario, celui-ci est tout à fait représentatif des comédies : facile à suivre, convenu, sans surprise et c’est tout ce qu’on lui demande. Servi par une galerie de personnages hauts en couleur (mention spéciale à Lambert Wilson) rendant pour le coup le personnage d’Alain Chabat un brin pâlot et celui de Géraldine Nakache un brin sous-exploité.
Du côté des autres acteurs, Jamel fait (encore et toujours) du Jamel, mais ça fonctionne encore.

Le début du film, en revanche, est assez laborieux, donnant pour le coup quelques sueurs froides. L’éternelle galère de devoir mettre en place la situation et les personnages…
Inévitablement, par la suite, quelques passages un brin gnangnans (souvent rattachés au côté sérieux et moralisateur des comédies, notamment au personnage de Jamel qui souffre beaucoup beaucoup que ses enfants ben ils pensent que c’est un vilain menteur…)
Mais passé le début, c’est un Chabat en forme qui arrive à déployer cet humour si Nul. Avec un ou deux crans de moins qu’Astérix pour le rythme et l’humour… et les personnages.

Une comédie réussie de plus donc !

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 87 autres abonnés

%d bloggers like this: