Tristes revanches

Auteur : Yoko Ogawa

Editeur : Actes Sud
Collection : Babel

4e de couverture : Une jeune femme entre dans une pâtisserie pour acheter un gâteau d’anniversaire à son fils mais il est mort depuis longtemps. Dans l’arrière-boutique, une vendeuse pleure en silence.
Une romancière vit dans un appartement donnant sur un jardin potager qui regorge de légumes, de surprenants légumes…
Un journaliste arrive dans un hôtel sur lequel il doit écrire un article. Dans sa chambre s’est installée une femme. Elle s’en va aussitôt mais ne quitte pas les abords de l’hôtel. Elle rôde en portant un curieux fardeau.
Une maroquinière confectionne pour une chanteuse de bar un sac délicat et précieux dans lequel la belle va déposer son cœur : étrange excroissance, difformité fragile posée non pas à l’intérieur mais à l’extérieur de sa cage thoracique…
Dans chacune de ces onze nouvelles, un détail, parfois infime, évoque la précédente ou annonce la suivante pour former un ruban, une spirale, une chaîne soutenant la trame du livre et créant ainsi une subtile mise en abîme.

———-

Lire un roman de Yoko Ogawa c’est déjà un grand plaisir. Lire un recueil de 11 nouvelles, c’est renouveler ce plaisir 11 fois de suite.

C’est même plus que ça puisque chaque nouvelle est liée à une autre (la précédente en général) à travers un objet, une personne, un lieu ou même une référence à la nouvelle en elle-même. Cela donne une impression d’harmonie d’autant plus précieuse que chaque lien est différent des autres par sa nature ou sa complexité.

Yoko Ogawa démontre bien qu’en plus d’avoir un style proche de la perfection elle maîtrise pleinement l’art de la construction du récit. Et sait manier l’art de la nouvelle avec ses codes, son efficacité et son intensité pour, à partir de chaque pépite, créer une œuvre cohérente et dont la force est enrichie par chaque nouvelle la composant.

J’ai maintenant l’impression de me répéter, mais cette auteur a un des plus beaux styles que je connaisse (et les meilleurs traducteurs du coup, toujours difficile de faire l’exacte part des choses) plus le don du choix de ses sujets. Chaque nouvelle est différente des autres grâce aux histoires assez… singulières, poétiques ou même morbides. Ce qui n’est pas sans rappeler un certain Tim Burton ; la beauté, la poésie dans l’étrange. Si l’on ajoute les structures des nouvelles, elles aussi très variées ; la chute sur laquelle tout repose, la "tranche de vie",… impossible de s’ennuyer. je n’en dévoilerai pas plus !

Intensité, diversité, étrangeté : un autre cocktail gagnant !

About these ads

3 responses to “Tristes revanches

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 87 autres abonnés

%d bloggers like this: