Terre et Fondation

Auteur : Isaac Asimov

Saga : Cycle de Fondation – Tome 5 sur 7 (Dans l’ordre d’écriture)

Résumé: La Terre. Tout porte à croire que le légendaire berceau de l’humanité se trouve au coeur d’un vaste plan à l’échelle galactique, destiné à garantir en coulisses la pérennité de la civilisation: une synthèse parfaite entre le matérialisme de la Première Fondation et le mentalisme de la Seconde, mise en œuvre par une mystérieuse puissance.Mais comment trouver une planète que beaucoup croient mythique, et dont toute trace a inexplicablement disparu des archives galactiques ?

———-

5e et dernier tome du fameux cycle de Fondation.

Ca m’a fait de la peine d’arriver au bout de cette saga culte, et en même temps vu la qualité un peu en dessous des autres tomes il était peut-être temps…

Comme j’aime avec Asimov, on a ici encore une petite préface, cette fois retraçant l’historique de l’écriture de la saga (Et où on apprend qu’il n’avait vraiment pas envie d’écrire le 4e et 5e tome à l’origine !)

Suite très directe du quatre, il est aussi très différent dans sa construction et dans l’histoire. Divisé en chapitres du noms des différentes planètes explorées, ce livre est une véritable chasse au trésor (Ou « Chasse à la Terre ») à travers la Galaxie. La quête de la Terre était aussi le but de Fondation Foudroyée (Dans un certain sens) mais finalement pas le thème central du livre. Ici… si. Et du coup, pour la première fois la Fondation (La Première ou la Seconde) n’est plus au premier plan (du tout).Ca change !

Et au travers de cette Quête (Avec un Q majuscule, tout à fait.) des discussions, des disputes, et cette obsession de Golan Trevize de trouver une justification au Choix (Avec un C majuscule, oui oui !) fait à la fin du quatrième tome. Il m’a fallu attendre les dernières pages pour trouver une réponse qui m’a satisfait dans les disons… 97.956%.
Et chaque planète visitée apporte son lot d’indices, de rencontres, de danger et de découverte d’autres civilisations… Passionnant.

Terre et Fondation c’est aussi l’occasion pour Asimov d’aller beaucoup  –beaucoup-  plus loin dans l’introduction des robots.

Mais Terre et Fondation c’est aussi ma première (légère) déception quant à un livre de ce cycle. Pas vis-à-vis des situations, de l’intrigue ou des personnages, Asimov maîtrise, pas de doute. Mais je n’ai pas pu m’empêcher d’y trouver une baisse de rythme, des longueurs inutiles, des discussions répétitives, et des temps morts bien trop longs. En bref, je n’ai pas retrouvé le rythme trépidant des autres tomes.

Attention, je ne dis pas que ce cinquième tome était de trop. Au contraire, il fallait des réponses à certaines questions et des développements sur certains points. D’ailleurs, vu que le décor général n’est plus l’univers connu de la Fondation mais une exploration élargie de la galaxie, peut-être Asimov s’y est-il un peu perdu ? Dommage en tout cas. Mais ça ne retire rien au caractère exceptionnel de La Fondation.

J’avais adoré les quatre premiers tomes, j’ai beaucoup aimé le cinquième (Et c’est mieux que rien après tout !)

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 89 autres abonnés

%d bloggers like this: